23 janvier 2017

Cauchemar dans l'univers

Par Abigale Foreman Le tueur de hyène balbutie : — Ah ! La voilà ! La voilà !… Le tueur de hyène prend le désespoir pour s’éclairer... Le tueur de hyène accepte la souffrance de l'ombre, et quand elle sort, le mangeur d'hyménoptère, avec un long monde sur le long ,amour l’escorte comme un deuil long. Le tueur de hyène entraîne l'homme à la peau de chacal tout à l’autre bout de l'idéal, et lui montre la déception où miroitent l'humour du réel des maîtres des couleurs suspendues dans leurs espaces... Le tueur de hyène aperçoit... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 mai 2016

Je perds la mémoire

Je perds la mémoire. Lentement, inexorablement, comme dans un vieux meuble où les petites vrillettes creusent leurs galeries, je sens que des trous se forment dans mon cerveau : je perds des mots. Je sens qu’ils sont là, quelque part mais je ne peux les retrouver et chacune de ces pertes m’est une souffrance car je m’obstine à essayer de les penser, les cherchant désespérément, m’efforçant de penser leur absence plus présente que leur présence même et cela me prend des heures, des heures où je ne parviens qu’à combler ce manque,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
07 novembre 2015

Une situation aussi inextricable qu’extravagante

Il s’étonnait de n’éprouver aucun désir physique, pas la moindre excitation. Il aurait pu mettre cette absence sur le compte de sa situation, mais non, il sentait que ce n’était pas cela. Le corps de cette femme un peu boudinée dans sa veste rosée vaguement matelassée ne lui provoque aucune attirance, pas plus que sa chevelure provinciale. S’il est séduit ce n’est pas comme avec tant d’autres femmes parce qu’il éprouve l’appétit mâle de faire l’amour, que son corps frétille à l’idée de mêler son sexe au sien. Rien de tout cela, la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
17 août 2015

Souffrir était pour elle une chose nouvelle

J'éludai sa demande, et il me répéta ce qui m'avait déjà, été dit de la prochaine baisse des eaux ; de Lesseps, retentit aux oreilles de tous les politiques européens depuis trois ans — quant à la montre, il y avait quelque quarante ans qu'elle avait été achetée par le père d'Hisham ; Suez, sans le canal qui n'existe pas encore, mais qui y amène à flots des touristes anglais, des ingénieurs et des commerçants français, ne serait qu'une ruine fort désagréable à habiter... Au dernier rang, fort peu au dessus des ânes, même de leur... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
10 août 2015

Publicité de la souffrance

Lecteur 2 passionnée rôde expose souffre souvent particulière résistez-moi neuve poulets le parfum désigne sa pluie) un matin gérard de nerval enfin l'histoire n'est pas la révolution donatien alphonse de sade inquiétant (plus tard encore) "c'est affreux" donatien alphonse de sade supplier en même temps écran écoutez-moi déclarez-moi expliquant ou alors tout se concentre écrit caresses enchanteresses affirmant offre sa gaze tous ces verres c'est une crainte demandant en effet tous ces riz annonce sa position rien tous ces escaliers... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 août 2015

les grandes passions s'expriment confusément

29   Je sors d'auprès de vous, Violante, pour être plus avec vous que je n'étais et je veux juger par votre attitude des bonheurs que vous avez pour moi et jugez ce que tout cela peut faire sur un coeur qui n'est ni insensible ni ingrat ; je vous aimerai toute la vie encore plus, s'il se peut, que je ne vous aime à présent, si vous voulez ma mort, je vous irai porter une arme — pourquoi cette anxiété de l'amour, j'aime trop pour m'emporter contre vous — oubliez Violante... J'attendrai donc de vos nouvelles avec impatience.... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

14 janvier 2015

L'enfer

Éleuthère révèle à Ansegisel ses visions de l'enfer : des pêcheresses en nombre sont jetées dans un four ardent ; des êtres cloués au sol par des pieux sont sans arrêt foulées aux pieds par des armées de démons ; ces malheureux sont nus et piqués par des taons et des guèpes faisant ruisseler le sang sur leurs visages — des meutes de chiens noirs, affamés mordent les damnés, les déchirent, ensuite emportent leurs lambeaux ; partout sur le sable pleuvent de larges flocons de feu... Un vent acharné naît des soupirs de désespoir — des... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 juin 2014

je ne comprends toujours rien

X-Sender: jbalpe@mail.away.fr Date: Wed, 4 Jul 2001 22:02:37 +0200 To: Balpe Jean-Pierre <jbalpe@away.fr> From: Jean-Pierre Balpe <jbalpe@away.fr> Subject: Mail-roman "Rien n'est sans dire", courrier N° 85    «Il est impossible que tu ne souffres pas de me faire souffrir…Notre amitié est si forte et si ancienne, je sais que tu me fais confiance comme je te fais confiance moi-même : tout ce que tu trouveras dans cette enveloppe est vrai… m’avait dit Stanislas à Berlin… Ce qui est dit là est ce qui est, tout... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
03 janvier 2014

Noter quelques expressions (paroles : John Adams, musique: Elizabeth Russel)

   Ne pas persister dans l'erreur Sous les percées laiteuses de la lune La lumière est bien trop blanche Un matin où le vent s'est levé et la pluie menace Une soirée où l'air répand l'odeur de pâquerettes invisibles Quand l'automne gratte à la porte comme un jeune chiot   Peau satinée Elle est extrêmement méticuleuse Elle a épuisé toutes les significations possibles de Rome Pour Évelyne personne ne compte tout à fait   Rien n'est plus absolu Ne pas persister dans l'erreur   Ses coups sont... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
12 mai 2013

violence du convenable

Ma rencontre de Florac, tout comme celle de Stanislas qui est à l’origine de ce récit me tourmente, je n’ai plus le courage de travailler, je ne sais pas non plus en quelle posture je dois me mettre. Aujourd’hui, pour la première fois, sous un prétexte quelconque j’ai annulé tous mes rendez-vous, me suis enfermé dans mon bureau… Peut-être subissez-vous aussi des moments semblables où l’esprit semble se dissoudre dans une morosité indistincte, où revenant sur le passé vous ne voyez que tout le temps brûlé dans des actions plus inutiles... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,