04 septembre 2015

J’ai mis longtemps à trouver le sommeil

« Pour certains hommes, un jour vient où le grand Oui ou le grand Non doit être dit. D’emblée me révèle celui qui porte en lui, tout prêt, le Oui ; et, en le disant,   il accroît encore mon crédit et sa résolution. Celui qui a dit non ne s’en repent point. L’interrogeât-on c’est non qu’il redirait. Et pourtant l’accable ce non, ce juste non, toute sa vie.»   […] La poésie dit l’imperceptible du perceptible et le perceptible de l’imperceptible. Lecteur 2 résister (réalité fiction) tous ces poèmes le reste... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

18 août 2010

Vers le sommeil

Moéra n'a pas besoin d’insister, Sidney est déjà allongé près d’elle. Il veut la prendre dans ses bras: - Je t’en prie: laisse-toi faire… Ferme les yeux, détends-toi, laisse-moi m’occuper de toi.Les mains douces de Moéra parcourent avec lenteur la surface électrisée du corps de Sidney, il sent la fraîcheur des lèvres qui, partant de sa poitrine, en une longue promenade sinueuse, descendent lentement vers la flèche brûlante de son sexe qu’elles prennent enfin dans un long baiser frais.Comme si elle détenait une science... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 mars 2010

La nuit sous l'autoroute

Le lieu où il s’est allongé est improbable : un vieux matelas nauséabond de pisse rancie quelque part sous un pont humide d’autoroute. Au cours de son errance, il a réussi à ramasser quelques feuilles de carton ondulées qui lui tiennent lieu de couverture. Il n’est pas bien mais, maintenant il a l’habitude et il pense qu’ici au moins il n’y a pas de raison qu’il y ait des caméras de vidéo-surveillance, que les caméras infrarouge des hélicoptères de la gendarmerie ne peuvent voir à travers le béton et que et que la probabilité... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 mars 2010

Le hall de gare

La fatigue l’a poussé à entrer dans ce hall de gare qu’il ne connaissait pas. Il se dit que la foule est peut-être une protection, qu’il y sera anonyme, invisible même. Mais le hall trop vaste, au plafond trop haut soutenu par d’énormes piliers rouges brun et ronds, est désert, presque obscur, arrosé seulement de la lumière froide diffusée par les grandes verrières de l’entrée coulant sans profondeur, jusqu’à la rose des vents centrale dont aucune des branches — rouges et noires — ne semble indiquer une direction précise, en... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 janvier 2008

Le sommeil

« Salamano, adorable trésor, veux-tu bien ne pas t’occuper de cette sale chienne ? »Comme ça… Fallait lui parler comme ça, bouche pleine de sucre d’orge, sourire gâteux barrant le visage et ce salaud de clébard qui ne voulait rien comprendre, con comme pas un.Salamano, ce salle cabot de la tante Mathilde, tirait sur sa laisse, pissait sur mes jambes, aboyait sans raison à tue–tête ce qui faisait aussitôt accourir ma tante affolée; il voulait renifler les sexe de tous les chiens, de toutes les chiennes qui traînaient dans les environs,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 août 2006

Pris dans un piège

Ganançay avait toujours tendance à ne croire au pire que quand celui-ci arrivait: il ne roula que quelques kilomètres. Bientôt, le faisceau des phares buta sur des blocs de rochers énormes. La piste était coupée. Ganançay sortit sous la pluie torrentielle, constata qu'il ne pouvait rien faire, examina les menaces de la montagne puis chercha un endroit plus ouvert à l'abri des éboulements. Toutes choses ne sont-elles pas si étroitement enchevêtrées, que chaque instant entraîne toutes les choses de l'avenir, et se détermine... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,