20 juillet 2013

on n'avance pas

J’ai envoyé d’autres fichiers à Monsieur Demombynes mais il ne m’a donné aucun signe de vie… Peut-être n’a-t-il pas lu son mail… Peut-être ne veut-il pas répondre… Croyez, cher Monsieur, que je ne vous en ferai pas reproche ; je comprends bien que vous ayez vos propres soucis et que ni la vie de Stanislas, ni le contenu de ses fichiers, ne légitiment que vous vous en écartiez : je vous serai toujours reconnaissant d’avoir su me mettre sur la piste de la solution… De toutes façons, j’ai fini par trouver une solution qui... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 août 2006

Poésie automatique

Le troisième programme donnait, toutes les minutes environ, des poèmes tels celui-ci:   oies sauvages je regarde l'arc-en-ciel ou celui-là:   un cavaliersombre écoute la nuit sur une tombe il entend le rossignolfiévreux un villageois chasse les chèvres noires   qui me satisfaisaient presque totalement. Ce qui me convenait en eux, c'était leur équilibre. Ces textes, sensibles mais dépassionnés, étaient adéquats à mon projet. Ils montraient à la fois une certaine domination de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 juin 2006

Les trois quart des folies ne sont que des sottises.

Pourquoi cela ne m'était-il pas tout aussi évident? Les vieilles ornières de l'écriture, sans aucun doute, tenaient mes pas. La violence qu'on se fait pour demeurer fidèle à ce qu'on aime, ne vaut guère mieux qu'une infidélité: prisonnier de ma culture du livre, je ne pouvais imaginer autrement l'écriture que dans ce que je croyais être son aboutissement. Dans les petites insuffisances des textes produits, je lisais, non les accidents générateurs de la vie, mais l'imperfection des programmes. Devant les remarques des lecteurs — ou des... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 mai 2006

D'où vient ce que nous écrivons ?

Souvent les lecteurs demandent d'où vient ce que nous écrivons ? Nous ne savons pas d'où vient le texte. Nous ne savons que le comment. Pour le reste, nous partons des mots. Nous en faisons des combinaisons neuves.J'avais programmé le comment. L'impulsion une fois donnée au programme, j'ignorais moi— même les chemins que, dans la complexité de ses calculs, il allait parcourir sur le terrain des mots et des phrases. Mais je savais que ce labyrinthe de chemins naissait de ce comment que j'avais défini. Toutes les combinaisons neuves... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
11 mai 2006

Distance bénéfique de l'abstraction

Les sentiments que m'apporta le second programme furent de l'ordre du paradoxal: par simple modification des paramètres, je pouvais obtenir des textes lyriques exprimant diverses émotions. Or, si ces émotions pouvaient être les miennes, si elles s'exprimaient bien dans des formes qui me convenaient, si je pouvais, à l'occasion — comme je le fis sans trop de scrupules — les faire intervenir dans une stratégie de séduction, elles n'étaient que très rarement exprimées au moment où j'en éprouvais le besoin. D'une certaine façon, je... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
26 avril 2006

L'art d'aimer est l'art de trahir

Il est préférable de prouver par les faits les propositions que l'on avance. Il fallait, je le sais, étayer d'un grand nombre de preuves l'argumentation comprise dans mon théorème: il fallait passer à l'acte. Pour cela j'avais besoin de modèles. Je décidai d'agir avec prudence, de n'approcher d'abord que les formes brèves: je me tournai vers les penseurs. Les écrits de Vauvenargues, Chamfort, Cioran, ou La Rochefoucauld m'avaient toujours séduits par leur vérité immédiate : je percevais, dans l'aphorisme, une forme suffisamment... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 décembre 2005

Quand l'ordinateur écrit

Il interrompt encore mais, cette fois, prend davantage le temps de lire… Il aime bien la confusion dans l'énoncé des thèmes: externe, interne; confusion grotesque de l'univers carnavalesque, désarroi d'une introspection qui ne parvient pas à se définir; silence, bruit ; arrêt, mouvement… Comme à travers un prisme il reconnaît son style, les mots qu'il a choisis avec attention, quelques uns des concepts qu'il a prédéfinis. C'est bien sa «voix» mais un peu déformée, comme enrouée. Il manque un fil à cette confusion. Il change... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 octobre 2005

Programmer des logiciels d'analyse

Norpois est désormais sûr qu’il a mis la main sur un document exceptionnel, que là se trouve le véritable potentiel apport de sa thèse. Le fait constant qu’il y ait une recherche d’intégration syntaxique systématique, lui oppose en effet plusieurs mystères: pourquoi les poèmes ne sont-ils pas tous confrontés au même nombre d’intercalaires? Pourquoi toutes les versions imprimées contiennent-elles des vocables empruntés à plusieurs langues autres que le français, situation que les corrections manuelles éliminent... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,