24 septembre 2014

le désir nous écartelait

le soleil était superbe (aspiration de la chair) la journée foutait le camp comme mon foutre le désir nous écartelait je me souvenais de l'homme qui t'accompagnait cingler à vers et à sang je me roulais dans la prairie nous nous vautrions dans les odeurs consommateurs insatiables de chair petit bunker du c… (elle portait un masque) topologie amoureuse infimes joies membre si finement ggainé dégainé (j'avais essayé de voir) goût acide des chairs humides elle était dans l'obscurité vulve sans cerveau Incestes du désir nous fouillions... [Lire la suite]

26 juillet 2014

une incompétence à vivre

Parler de ma vie, essayer d’en dire l’indicible, chercher à saisir l’inframince dans ses inévitables infinies répétitions. Cette autobiographie ne cherche pas à dire ce qu’il y aurait d’original, d’inouî, de stupéfiant dans une vie qui ne le fut en rien, mais à travers ce qu’il y a de profondément banal dans le fait de vivre sa vie, tenter de capter ces inssaisissables qui font qu’elle aurait pas pu être autrement, essayer de l’écorcher jusqu’à l’os. Je sais maintenant, par exemple, qu’il est bien trop tard, que je n’ai consacré tant... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
19 juillet 2013

amants

La rencontre Balpe-Évelyne s’est terminée comme prévu: il s’est montré charmant, prévenant même, Évelyne n’avait pas l’habitude d’être traitée de cette façon, et comme une chambre était disponible, qu’elle avait un peu bu, elle a oublié qu’elle était une représentante de la loi et n’a pas trop résisté. Pour tout dire, elle a même trouvé agréable de faire l’amour avec lui car, contrairement à son mari-plombier, il n’y a pas, dans le jeu sexuel, de comportement égoïste. Balpe, qui fait preuve de beaucoup plus d’imagination qu’elle... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 janvier 2013

Wilfrid a la peau sèche

On l’aura compris, l’auteur (enfin celui qui serait si heureux de se voir décerner ce titre si jamais il parvenait — il lui faudrait essayer — à intéresser un éditeur de préférence pas quelconque) de ce qui se veut un roman (mais ce terme cache tant de choses que c’en est indécent depuis le Jéou-Pou-Touan de Li-Yu jusqu’à Adieu d’Elvire de Brissac, en passant par des milliers d’autres titres tout aussi différents) a beaucoup de mal à  maîtriser une histoire qui fout le camp dans tous les sens, à essayer de contrôler le réel et... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
03 septembre 2012

repousser tous les plaisirs

I - 65 parce que ou à vomir où ai-je entendu ce nom ou alors c’était une femme et elle a voulu faire croire que c’était un homme ou alors il l’espionnait ou alors je me suis rendormie tout de suite ou au moins le complice où c’est qu’il est ou d’autre chose où donc reposerait-elle sa tête ou du moins ou en tout cas pas loin ou il croit comprendre où il faut trouver un autre lapin à courser où je déjeune où je m’habille où je me débats ou lutte contre la mort où nous prenons le bus pour aller travailler où on en aurait collé jusque... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 octobre 2011

Du bonheur

Du bonheur, que dire sinon des banalités? Car la plupart du temps ce n’est qu’un état de stase entre diverses périodes plus ou moins agitées de vie. J’ai été heureux, très heureux même parfois mais quand j’essaie de me remémorer ces moments de bonheur particulier, ce qui se propose à moi ce sont, pour l’essentiel, deux définitions différentes du bonheur.La première concerne ce que j’ai envie d’appeler le bonheur d’attente. C’est un bonheur attendu, parfois dans l’anxiété, et longuement préparé par elle car il produit un changement... [Lire la suite]

11 juillet 2011

Parenthèse

Je prends plaisir à raconter… Comment ne pas le reconnaître! Pourtant je n’en ai aucun remords car je suis intimement persuadé que je ne peux aller plus vite et que, pour que la leçon porte — puisque telle est la mission que m’a confiée Stanislas — je dois vous donner le temps nécessaire à la compréhension intime du contexte de ses actes. Sans cela, je pourrais me contenter de dire qu’il a commis des erreurs et s’est fourvoyé dans des rôles où il n’aurait jamais dû aller: mais qui pourrait, de cette notation devenue soudain... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 juin 2011

Un mail de lectrice

«Date : Wed, 18 Apr 2001 23:05:32 +0200Subject : Re : Mail-roman « Rien n’est sans dire », courrier N° 8From: Jean-Pierre BALPE <jbalpe@away.fr>To: Fernande FARIBEAULT <ffaribeaul@worldnet.au>Quand j’ai terminé chaque soir, car je les lis le soir, la lecture de votre mail du jour, je me demande combien de temps vous allez tenir… et dans cette interrogation s’expriment à la fois du plaisir et du déplaisir. Du plaisir parce que j’ai pris goût à cette rencontre quotidienne avec quelqu’un que je ne... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 décembre 2009

Une promenade sur la plage en février

C’est une journée limpide de février, le soleil, encore bas sur l’horizon chauffe cependant suffisamment la terre pour que Wilfrid ait envie de se promener : il est parti en vélo vers un de ces soins de plage qu’il sait suffisamment loin de toute route carrossable pour espérer s’y retrouver seul — ou presque. La solitude le ressource. Dans le double face à face avec les profondeurs bleues de la mer et du ciel, il peut laisser ses pensées se dissoudre dans l’immédiateté impérieuse des sensations. Son corps est dans une bulle de ... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
02 octobre 2009

De la norme

Je suis toujours surpris de la relation collective "normale" devant le sexe: d'une part c'est une réalité totalement et constamment présente, au travers de remarques, plaisanteries… dans la plupart des conversations quotidiennes, d'autre part c'est une préoccupation évidente d'une grande part de la population. Pourtant l'acceptation du fait sexuel reste difficile, la plupart des pratiques qui y sont liées sont rejetées dans le bizarre, le marginal, l'anormal. Parler d'éjaculation, de fellation, de masturbation ou... [Lire la suite]