20 novembre 2016

Vengeance de la vague

Olivier Idle  Avant tout était facile, ses journées étaient pré-construites, il lui suffisait de se laisser porter. De l’argent, il en a ; il est clair que les dirigeants de la compagnie sont des salauds... Fatigué... Oman a mis beaucoup de soin à disparaître : s’il avait envie d’aller à droite, il allait à gauche ou tout droit ; s’il était attiré par telle ou telle affiche, telle ou telle devanture, il s’en éloignait aussitôt. Les deux hommes parlaient un langage qu'il avait tout de suite reconnu, celle de son grand-père : «ne... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 novembre 2016

BB n'est pas non plus convaincu d’aimer

Il lui semble que son esprit est plein de confusion et de chocs, que le trouble. Depuis longtemps elle pense à la mort. Quelques nuages paressent dans la brise... Edwige se sent plongée en plein polar... Les lointains sont veloutés. Est heureuse comme on ne peut l'être qu'à son âge. La réalité est ce qu'il pense — son image tourne sans fin dans un miroir colossal au cadre vert pomme. Se demande toujours si toute vie vaut n'importe quelle autre vie... Edwige l'approche d'un dolmen, tourne autour comme si c'était le premier n’y découvre... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
02 septembre 2016

L'exil à La Roche

Bien que ce soit une évidence, il nous est difficile d’accepter de convenir que, quand nous disparaîtront, le monde continuera à tourner et que nous n’y laisserons aucune trace car nous ne concevons le monde qu’au travers de notre propre conscience et il nous paraît tout naturel de penser que celle-ci fait partie du monde et que notre mort ne pourra que l’affecter. Pourtant, il n’en est rien ? Nous le savons et nous ne le savons pas ; nous le savons mais au plus profond des cellules de notre cerveau, dans les fibres de nos... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 juillet 2016

Irréel

Par Benjamin Montgomery Nous voulons dire que la déduction doit s’arrêter de loin en loin à quelques effets dominateurs, et que ces effets apparaissent chacun comme des modèles autour desquels se disposent, en cercle, de nouveaux effets qui leur ressemblent comme toujours on la trouve aussi souvent que l’autre. C'est pourquoi prendre pour son bien donne un gain mauvais, ne pas prendre permet de se servir. Mourir n’est pas contraire à la disposition d’un animal raisonnable, ni à la logique de sa constitution... Faire, se taire, voilà... [Lire la suite]
09 juin 2016

Croyance de l'angoisse

Par Fastrade Vicious Le soldat européen demeure stupéfait devant l'effroi du milieu. Le soldat européen a la stupidité apeurée, l'assassin oblique, l'agitation pointue ; son désespoir paraît froid à toucher, et son émerveillement gris-tourdille, que des mépris profond labourent, comme contracté dans une inquiétude, dans une mort éternelle. Le soldat européen demande où se trouvent quatorze cieux de hiérarchies, destiné à son œil ; le soldat européen debout sourit, tous ses bonheurs croisés, et se délecte moins dans l'incertitude que... [Lire la suite]
04 juin 2016

Invasions

Les barbares font irruption sur le territoire de Poitiers, et promenant partout la folie du pillage, du fer et des flammes, livrent la cité et le reste du peuple à la captivité, dévastant tous les monastères, ainsi que tous les autres lieux voisins, ou les laissant encombrés d'affolement, après en avoir reçu beaucoup d'argent. L'empereur ordonne de fortifier plusieurs villes afin que les barbares ne puissent pas les prendre — les habitants de Melun qui avaient construit des ponts, ne peuvent les reconstruire, empêchés par les raids... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

06 mai 2016

aux environs de Hyelzas, 14 h 35

La plaine ne se termine qu'au ciel. Il hait la ville qu'il ne peut se résoudre à quitter. La tranquillité du jour le surprend et l'inquiète. Ici ou là, les tiges sèches, friables, artificielles, de chardons secs surmontées de leur improbable touffe de coton inutile. Il est impuissant à maîtriser le magma de sensations qui se bousculent dans son esprit. Enchevêtrements de buissons épineux et amoncellements désordonnées de pierres protègent le paysage de la tentation de la civilisation. Comme les vivants il se nourrit des morts. Le... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
16 avril 2016

Admiration

Par Violante Fitzsimmons Tout ça ne ressemblait pas plus aux cavalier français s que je vis à l’œuvre qu’un poupard de carton ne ressemble à un être humain. — Nous ferions mieux de suivre cette sente, vers l'est, fis-je... Quel étrange esprit que celui de l’homme ! L’espèce entière était menacée d’extermination ou d’une épouvantable dégradation, nous n’avions devant nous d’autre claire perspective que celle d’une mort horrible, et nous pouvions, tranquillement assis à fumer et à boire, nous intéresser aux chances que représentaient... [Lire la suite]
17 mars 2016

La mort du père

Cette topographie, à elle seule, était source de conflits permanents mais, de plus, l’année 1929, où se situait l’anecdote qui va suivre et que je n’ai jamais oubliée, n’était pas non plus indifférente car parfois la petite histoire et la grande se télescopent. Beaucoup l’ont oublié depuis mais 1929 fut, en France, une année de répression du parti communiste : 17 juillet, perquisitions au journal l’Humanité ; 19 octobre inculpation des 154 membres de ce parti pour complot contre la sécurité de l’État. Or mes voisins,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
27 décembre 2015

Il cherche l'assurance de demain

Il lui semble entendre la pulsation du monde. Il pense qu'il n'existe pas de droit particulier au bonheur, ni davantage au malheur. Il va au hasard dans une grande confusion…. Il est difficile de vivre avec les hommes car il est difficile de garder le silence. Les lointains sont veloutés. Un peu plus, un peu moins, c'est beaucoup, c'est même l'essentiel. L'appel du silence est le seul qui mérite d'être écouté. Il regarde autour de lui. Il voudrait compter l'infinité des pierres des murs. Les choses ne lui sont pas muettes. Dans la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,