24 octobre 2015

fermer la fenêtre

64 homoépistolaire "tu es une top suceuse" ici écrire une lettre enfin l'envers ou l'endroit en fait les médiocres sont bourrés d'une intensité passionnée composer avec l'expérience ne pas tout mélanger rien à voir que t'importe ce que je peux écrire un cas limite abandonner les effluves fétides au-delà en vivant autrement on écrit autrement c'est une chose comme une autre au loin alors certes tu te souviens de toutes les pressions comme toujours trop de femmes je ne cherche pas à m'engager mais à me dégager après tout dès que... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

18 octobre 2015

De lourdes colonnades dorées soulignent la rigueur des murs

46 De lourdes colonnades soulignent la rigueur des murs, de grands cendriers dorés sur pieds rythment l'espace de la pièce. Le trou de la serrure l'attire, le défie, l'exaspère et l'inquiète et il regarde sa lettre d'amour ; Barbe Bleue est assis dans un fauteuil, ses souvenirs l'emplissent qui tendent à se substituer au présent — une fillette rieuse, d’environ cinq ou six ans, blond aux joues rebondies regarde l'objectif. Il n'est plus sûr d’avoir vécu tout cela et son image tourne dans le miroir gigantesque au cadre... [Lire la suite]
09 octobre 2015

l'imagination force la pensée

59 homophilosophie a toujours une idée précise en tête la solitude est en effet comme ça pourquoi faut-il que je sois autre enfin il y a des choses qu'on croit éternelles rien à voir l'imagination force la pensée l'angoisse se nourrit de la tristesse l'ingéniosité est perverse tous les jours rencontrent leur fin quelque part manioc chacun va dans Miami à la recherche de sa proie comment concilier abandon intense et intimité extrême qu'importe quel homme est assez fort pour refuser la possibilité d'espérer étant donné ça habiter c'est... [Lire la suite]
08 août 2015

sempre vi dico tante

35   Lou, je vous prie de ne plus voir Comerus. Aimer est une grande souffrance — je vous ai dit mille fois que je vous aimais — je vous aime éperdument, sempre mi siete presente, sempre vi parlo, sempre vi dico tante, tante cose, tutte al vento, tutte — je veux vous voir tant que cela ne vous fatiguera pas ; mon âme est anxieuse et tourmentée, jugez ce que tout cela peut faire sur un coeur qui n'est ni insensible ni ingrat — quand vous pourriez vous justifier à moi de toutes les choses dont on vous accuse, je n'oserai plus... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
28 février 2015

Déclarations

20 Chère Ardente. Ma vie est une inquiétude de chaque minute. Ne prenez pas garde à mes paroles qui sont faibles ; je suis tout à vous et j'ai poussé des cris de douleur en pensant à vous et vous tenez mon être dans et vous m'avez fait injure lorsque vous avez douté de la vérité de mes mouvements. Je vous aimerai toute la vie encore plus, s'il se peut, que je ne vous aime à présent... Sempre mi siete presente, sempre vi dico tante, tante cose, tutte al vento, tutte ; si vous étiez capable de quelques passions, vous ne me... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
03 août 2014

Lettre de Thierry, archevêque de Tongres, à l'empereur :

"L’honneur, la gloire, destitués du pouvoir suprême, n’ont pour un souverain injuste aucun appas; dès lors, de combien de choses est-il dépourvu. Un souverain juste doit combattre les superstitions — un roi juste veut le pouvoir de faire le bien et les occasions d’exercer sa vertu — un souverain juste ne doit pas avoir peur d'être sévère. Notre patrie n’est pas, comme Athènes, gouvernée par la multitude: mais par un roi juste qui prend plaisir à la peupler et non à la priver de ses citoyens. Le monarque doit avoir les regards tournés... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 mai 2013

une autre lettre de Chypre

La réalité est souvent plus intéressante que la fiction, et chacun sait qu’il est bien rare que la vie respecte ses promesses: Évelyne commence à se dire qu’elle pourrait oublier ces quelques jours de désagrément quand, rentrant chez elle après une matinée de service, elle voit la factrice — une grosse boulotte souriante dont on se demandait constamment comment elle pouvait tenir sur son vélo — venir vers elle: — Du courrier pour vous, Madame Puget et elle tend une lettre en souriant comme si elle ignorait que la plupart de celles... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 avril 2013

une politique du résultat

…du chiffre… du chiffre… il faut faire du chiffre, la Préfecture, le Ministère, tous s’y mettent, et nos primes qui en dépendent!… Même en coinçant les mamans qui ne mettent pas leur ceinture à la sortie de la maternelle, les amoureux qui téléphonent aux feux rouges, les excès de vitesse à l’entrée des villes, les stationnements interdits à trois heures du matin… ça ne suffit pas. Bientôt faudra verbaliser les poussettes qui traversent hors des clous et les piétons distraits sur les passages cloutés parce qu’ils ont leur portable... [Lire la suite]
05 mars 2013

Évelyne

Évelyne…Confusion totale: ne sait plus que dire, penser, faire. Elle n’a pas avancé. Elle doit le reconnaître. Son idée de faux cambriolage et de faux cambrioleur la mène dans le mur. Quoi qu’elle fasse elle est dans une impasse. Elle est débarrassée de Bloch, c’est toujours ça, mais la satisfaction est maigre. Elle s’est fait assassiner par la commissaire: — Rien… vous n’avez rien trouvé? Deux jours perdus pour rien? C’est bien la dernière fois que je vous fais confiance… Bloch ricane dans son dos: —c’est pas comme ça qu’il fallait... [Lire la suite]
06 janvier 2013

Comment peut-on être persan ?

Il me vient de temps en temps, lecteurs, des idées assez peu favorables au courage qui m’est nécessaire pour la poursuite de cette correspondance; ne me poussez pas à la faillance. A vous entendre je n’en ferais pas assez — ou trop… — cela dépend des jours et des interlocuteurs. Toutes vos lettres sont pleines de demandes contradictoires et, bien qu’il semble même parfois que vous vous jouiez de moi, rassurez-vous, je m’efforcerai d’être constant dans ma volonté de mener cette entreprise à terme…  «Date : Wed, 16... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,