22 mai 2016

quelque chose comme une initiation

Pourtant je n’ai rien oublié de cette première journée de pêche dont chaque minute m’est aussi présente à l’esprit qu’un film. Ébloui et admiratif, dans ce monde magnifique mais qui me semble néanmoins cacher quelques dangers comme cette vipère qui traverse devant nous la rivière, la tête légèrement hors de l’eau nageant d’un mouvement sinusoïdal ou ces bruits mystérieux de frôlement que l’on entend parfois dans les herbes et les buissons, je suis pas à pas mon grand-père qui me paraît alors quelque chose comme une divinité des eaux... [Lire la suite]
Posté par hodges à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

03 mai 2016

Une partie de pêche

C’est une matinée d’été, il est autour de six heures, des gouttes de soleil cascadent de feuilles en feuilles et se brisent sur les frétillements de la surface du ruisseau. Tantôt les pieds dans l’eau, tantôt sur les tapis d’herbes tendres ou de mousses, entourés du grésillement de nuées de mouches, nous marchons très lentement dans des odeurs fraîches d’herbes, évitons de faire du bruit, de perturber les oiseaux dont les chants intermittents se relaient comme pour signaler notre présence. Il fait extraordinairement beau mais le poids... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
08 septembre 2014

Souvenir 4383

Mon père et mon grand-père eurent avec lui des explications violentes cependant, il cessa d'y penser « de même la hiérarchie, vous savez, comme disent les gens ridicules » il est vrai je ne comprenais pas bien que, pour ne pas aller chez des gens qu'on ne connaît pas, il fût nécessaire de tenir à son indépendance, et en quoi cela pouvait vous donner l'air d'un sauvage ou d'un ours de telle sorte que l'expérience brute lui suffit certes je ne peux pas dire comme je trouve que Biche change, dit ma grand'tante, il est d'un vieux car... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
22 août 2012

Souvenir 2253

Crécy se sentait bien de telle sorte que ma grand' tante elle-même laissait son ouvrage, levait la tête et regardait par-dessus son lorgnon. Elle regorgeait des offrandes du crémier, du fruitier, de la marchande de légumes, venus parfois de hameaux assez lointains pour lui dédier les prémices de leurs champs de telle sorte que — Mme Palancy alors on ne prononçait pas ce mot, on ne déclarait pas cette origine qui aurait pu me faire croire que j'étais excusable d'y succomber ou même peut-être incapable d'y résister — ma tante... [Lire la suite]