29 mai 2016

la prophétie de Sainte Odile

Mais revenons à 1939, année de mes dix sept ans où, peut-être pour feindre d’ignorer les malheurs politiques qui rôdaient autour de nous, j’écrivais ces pages si bucoliques de mon enfance, ou plutôt de mon enfance comme je souhaitais la représenter. Je n’avais pas alors de problème de mémoire. même si ma mémoire tendait déjà à être davantage imagination que souvenir. À cette époque-là, se répandait un peu partout la prophétie de Sainte Odile, sainte Alsacienne qui, bien qu’écrite au septième siècle annonçait la guerre et la fin de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 juin 2015

Adur se sait condamné à une fuite sans fin

Adur a donné la somme nécessaire, le semi-vieillard à la barbe de trois jours et une tache (de quoi ? Vin, graisse, sueur ?) sur sa chemise bleue délavée a décroché une clef sur le tableau, « la 23, deuxième étage »... Comme si, cette discrète fiction devait parvenir à chasser toutes les pensées qui l’obsèdent, tournent, dont il n’arrive pas à se débarrasser sans pour autant imaginer un début de solution à ses problèmes. Adur est devenu un porteur de virus susceptible de contaminer tous ceux auxquels il pourrait parler et il n’y a ni... [Lire la suite]
07 mars 2015

pouvoir avancer

I - 88 Commissaire Legrand, dit l’un d’eux. Commissaire, commissaire, partez pas. Communiqué. Complètement isolé, coupé de ma famille et du monde, j’y suis resté huit jours avant de recevoir la moindre visite. Comprendre Il est réaliser qu’il était à la fois produit et témoin d’un monde qui connaissait des renversements remarquables: l’empire soviétique s’écroulait, l’Islam montait en puissance. comprendre la création contemporaine. Comprends-moi. Comprends-tu ce que tout cela signifie? De quoi il s’agit à présent? Qu’attends-tu... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
23 septembre 2014

il n’est pas dans les traditions qu’il en soit autrement

Que tirer de tout ceci ? Je suppose que comme moi vous avez maintenant un certain nombre de convictions et au moins tout autant de doutes… Pourtant, en fait de certitudes, je n’ai que des présomptions. Si je tente de faire le point, ce qui est sûr, c’est que le 11 avril, à Berlin, le jour même de la naissance de Clément, j’ai retrouvé un ami de mon adolescence que, pour vous — certains ont dû déjà comprendre pourquoi…— j’ai baptisé Stanislas et qui, à l’âge de trente ans, avait disparu sans donner la moindre nouvelle ni aux... [Lire la suite]
06 août 2014

le journal

C’est l’aube, une aubre très brumeuse, froide. Il traîne sa valise à roulettes dans les rues humides, se demande ce qu’il va en faire. Il a quitté ce matin très tôt (la nuit n’était pas encore terminée), le petit hôtel minable d’une rue inconnue où il s’est installé la veille à la tombée de la nuit. On ne lui a rien demandé, il a payé en liquide en retenant la chambre. Le semi-vieillard qui, derrière le comptoir, parcourait les pages des courses du journal local en notant des chiffres sur un chiffon de papier, l’a à peine... [Lire la suite]
Posté par hodges à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
02 juin 2014

ainsi va la vie de sa marche boiteuse

Il y a ainsi des départs qui laissent un goût d’amertume : me revient en mémoire la disparition soudaine et imprévue de Thomas Thieverval, cet informaticien, à peu près de notre âge, embauché par Stanislas autour de 1984 et avec qui nous avions sympathisé. Ce n’était pas, à proprement parler un ami, ni un copain, un peu plus qu’une connaissance, quelqu’un qui s’était coulé dans le moule de mon contexte affectif : jeune méridional isolé à Paris, il s’ennuyait un peu, il venait ainsi boire parfois un verre à la maison,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 mars 2014

la bonne explication

Vous me demandez de vous parler un peu plus de Zita… Certes, je l’ai plusieurs fois évoquée et vous la connaissez comme un personnage central de ce récit, mais je ne vous ai jamais vraiment, jusque là, rien dit d’elle. En fait je l’ai surtout connue au travers des paroles de Stanislas dont le moins qu’on puisse dire était qu’elles ne pouvaient être objectives. Ce n’est qu’en juin 1987 que je l’ai rencontrée pour la première fois : elle venait de s’évader de Roumanie, ne vivait en France que depuis un mois et Stanislas voulait... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 novembre 2013

inquiètudes d'amour

Dans le calme de la campagne, dans la douceur tranquille de ce mois de juin languedocien, je pense souvent à ce que Stanislas m’a dit à diverses reprises de leurs dix jours passés hors du monde. Ce que je vous en rapporte ici n’est pas venu d’une seule conversation mais de nombreuses confidences faites à telle ou telle occasion dont je ne me souviens pas avec précision. A la lumière des événements ultérieurs, certains détails, qui nous avaient alors paru anodins, prennent soudain de l’importance : le présent construit la plupart... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 mars 2013

départ clandestin

« Sender: buttazzoni@altern.org Date: Sun, 20 May 2001 21:31:09 +0900 From: Augustine Buttazzoni <buttazzoni@altern.org> Reply-To: buttazzoni@altern.org X-Accept-Language: en To: Jean-Pierre BALPE <jbalpe@away.fr> Subject: Re: Mail-roman "Rien n'est sans dire", courrier N° 40 La Lozère : Florac, Mende, Saint André de Cubsac, Saint Pierre des Tripiers, oh, oui, le soleil écrasant, les cailloux, la soif, la marche. Les romans d'amour doivent toujours se situer dans des lieux de transit, pas dans des lieux de... [Lire la suite]
16 mars 2013

menaces

La contrainte de la correspondance est forte, elle interdit l’immédiateté de la pensée: je dois, chaque jour, attendre d’être assez disponible pour rédiger ma lettre. De plus, j’ai besoin d’une prise téléphonique… En pratique je ne peux vous écrire qu’en soirée or, d’un moment du jour à l’autre, l’humeur change et, telle idée, tel souvenir qui, à tel moment de la journée, me semblaient importants à vous rapporter se sont alors estompés ou même évanouis… Entre Alès et Mende, je pensais à cela dans ma voiture: la lenteur des routes de... [Lire la suite]