16 janvier 2017

Infanticide

Par Teutberge Orbison Qui connaît ne parle pas : qui parle, ne connaît pas encore et encore Ils travaillent, mais ne produisent pas. Parfois il sait les expérimenter ensemble ; Heureux qui les sait respecter comme elles méritent de l’être! Plus heureux qui porte en son cœur celles d’un heureux naturel ! Il est bien facile de voir que je veux parler des vertus ; leur noblesse et leur excellence sont l’objet de tout ce discours ; mais j’ai cru qu’il fallait d’abord établir une règle sûre pour les bien distinguer du vice ; une vertu... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

21 juin 2015

il pense que Dieu est avec lui

35. Les bonheurs du Poète le Poète n’est pas doué pour le bonheur il le sait l’éprouve depuis des années dans les conflits de ses pensées dans son incapacité à tendre ses joues aux légèretés du jour il le sent dans le poids qui tend à affaisser ses épaules durcir ses muscles le laisser vide sans but aux croisées des heures dans la lourdeur de ce que faute de mieux il persiste à appeler son âme ou ces heures d’attente infondées qui le laissent sans désir ni voix 36. Les indécisions du Poète même s’il avance le Poète ne sait pas... [Lire la suite]
Posté par hodges à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
17 novembre 2014

vivre d’illusions

Le bonheur étant tout d’intérieur, on peut vivre d’illusions un certain temps et s’en satisfaire : je dois avouer que cette première communion — bien que, dès cette époque, je me savais profondément athée — fut une période de félicité. Pendant près de deux mois je fus au centre des attentions car il fallait m’habiller de pied en cap ce qui permit à ma mère de se livrer à sa vague religiosité d’habitude brimée par l’anticléricalisme radical de mon père. Cette occupation lui permettait d’atténuer la solitude dans laquelle elle... [Lire la suite]
08 octobre 2014

Otis (Rock n° 32098 de Carl Young)

Il sait que souvent les mots ne disent Rien d'autre que l'envie de rompre le silence Ignore ce qu'est le bonheur — ou en a Une idée trop théorique   Maintenant c'est assez L'histoire ne s'intéresse qu'aux faits   Otis fait toujours ce qu'il doit faire Travaille parce qu'il le faut Dit bonjour parce qu'il le faut, sans plus Otis Rodgers croit que toute dissimulation Tout mensonge même le plus anodin désigne   L'histoire ne s'intéresse qu'aux faits bruts Pas le choix   Un après-midi où le soleil brille Par un soir... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
25 mai 2014

une commodité affective

X-Sender: jbalpe@mail.away.fr Date: Tue, 3 Jul 2001 18:38:48 +0200 To: Balpe Jean-Pierre <jbalpe@away.fr> From: Jean-Pierre Balpe <jbalpe@away.fr> Subject: Mail-roman "Rien n'est sans dire", courrier N° 84   Nous nous faisons mutuellement violence : moi en vous imposant ces confessions dont vous ne vouliez pas et vous, par vos réactions, me mettant face à la motivation réelle de cet échange. Il nous faut en sortir…   « Reply-To: "Thomas Duponcelle" <duponcelle@libero.es> From: "Thomas Duponcelle"... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 mars 2014

Une leçon de philosophie

Qu’il en accumule à son gré; que telles qu’un torrent elles coulent sans cesse dans ses trésors; qu’il y réunisse toutes les pierres précieuses que renferment les riches bords de la mer Rouge; que les plus vastes campagnes soient couvertes de ses nombreux troupeaux, et ne soient cultivées que pour lui; tant qu’il vivra, il n’en sera pas moins en proie aux soucis dévorants ; et quand il mourra, ses richesses infidèles l’abandonneront pour toujours: elles ne le suivront point au tombeau. Vous vous croyez malheureux parce qu’il manque... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

09 février 2014

répétition infinie des mêmes schémas narratifs

« Fais-moi signe, aujourd'hui je suis sans mains ni pieds, Ma vie a passé, hélas, aujourd'hui je suis aveugle et perdu ! Ma route est périlleuse, mon but lointain, ma vie a passé pour rien… Je suis parfois illuminé, parfois croyant, parfois, comme aujourd'hui, sceptique … J'ignore quelle est ma patrie… Parfois , comme aujourd'hui, je suis un intercesseur ; parfois sans abri… Machrab, ton cœur enferme beaucoup de mots mais où est la grandeur de ta vie ? Tous, aujourd'hui, disent que tu ne penses qu'à des choses... [Lire la suite]
Posté par hodges à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 mai 2013

le bonheur d'être (2)

Ma dernière page me paraît soudain un peu superficielle car je ne m’y explique pas vraiment sur mon « sentiment » de vie et pourquoi j’ai été conduit à adopter l’attitude qui est aujourd’hui la mienne. Comme je tiens ce journal pour moi-même, pour m’obliger à « être au clair » sur mes comportements, que je ne pense pas vraiment avoir un lecteur, qu’au mieux un de mes enfants — ou de mes petits enfants — y jettera un jour de désœuvrement un regard amusé, que je ne cherche pas à le publier, rien ne m’interdit de... [Lire la suite]
30 avril 2013

le bonheur d'être (1)

Je me suis souvent, au cours de ma vie, demandé si j’étais vraiment obligé de travailler. Il faut vivre me répondait mon entourage et tu n’as pas les moyens de vivre sans travail… Est-ce bien vrai ? Cela dépend de ce que l’on entend par vivre. Si vivre c’est se lever tous les matins à la même heure, à la même heure aller tous les jours au bureau, en partir à la même heure et se dépêcher de rentrer pour manger puis s’endormir devant des émissions de télé inepte pour, au matin suivant, avoir assez de force pour reprendre le cycle,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 avril 2013

Marc Hodges est heureux

Tout ça avance bien. Marc Hodges se sent bien dans sa peau de Marc Hodges. La musique de ce crooner d’Elvis qu’il écoute en boucle —et par dessus tout la vieille romance Heartbreak hotel— n’y est certainement pas pour rien, pourtant en d’autres moments elle n’aurait pas suffi… Son roman prend forme: le cadavre dans la forêt serait celui d’une vieille femme dernier rejeton d’une grande famille aristocratique de la région —terres, châteaux, actions, etc… bref tout ce qu’il faut pour attirer les convoitises. Pas d’héritiers connus (même... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,