01 juin 2016

Il attend quelque chose

Il a tout son temps. Quelque chose doit se produire…. Il attend quelque chose, ne sait quoi, mais attend…. Il faut se méfier de ça, et bougrement, même. L'heure tourne. Il pense les vies grevées de peur, les désespoirs si longtemps tus dont se fait cette nature égoïste. Les morts se relèvent pour lui. La vie que l'on ne soumet pas à l'examen ne vaut pas la peine d'être vécue. Le silence l'attire-lui fait peur…. Il pense que les hommes ont abandonné les contrées où la vie était dure car ils avaient besoin de chaleur. Il attend quelque... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 avril 2016

le désir est une espérance impatiente

Ce qui  se passe dehors ne les intéresse pas ; l'air est saturé ce. Une voisine traverse la rue ; elle semble très pressée. Sur le pignon qui fait l'angle de la rue Chateaubriand et de la rue Radiguet, au-dessus du marchand de nouilles, un affichage Giraudy porte une immense affiche sur laquelle une jeune femme, à moitié nue se vautre sur une plage en lisant un roman Harlequin — un vent léger fait bruisser le maigre feuillage des platanes du square ; beaucoup de gens dans la venelle Jean-Pierre Balpe ; il semble que tout... [Lire la suite]
29 octobre 2015

Le Train Bleu

Il est aussi intrigué par cette femme qui voyage seule, si loin de chez elle, pour un voyage qui semble si long. Il n’a jamais eu une telle audace. Il ne s’imagine pas s’aventurer ainsi à parcourir toute l’Amérique du Sud. Cette femme déjà l’étonne. Il n’a rien à faire à la Gare de Lyon, il aurait dû déjà sortir du métro, rentrer chez lui, se mettre en pyjama pour se sentir plus à l’aise avec sa poche qui pèse de plus en plus lourd, qui tire de plus en plus sur son sexe, qu’il sait devoir bientôt vider et dont il craint qu’elle ne... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
20 septembre 2015

un corps asexué

Enfin, son numéro est appelé. Bien qu’il l’est déjà dit plusieurs fois, une infirmière lui demande à nouveau ce qu’il a, fixe à son poignet droit une étiquette munie d’un code barre puis, après lui avoir enduit le bas ventre d’un gel assez gras, vérifie l’état de sa vessie avec un petit appareil d’échographie portable. Il ne peut s’empêcher de penser qu’on n’arrêtait pas le progrès, elle dit : « en effet votre vessie set pleine, allongez-vous en attendant, on va s’occuper de vous ». Mais il ne se supporte pas d’être... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
01 septembre 2015

En allant de St Pierre des Tripiers au Truel, 18 heures 15

Le long silence lui est une bonne chose folâtre. Il y a une antiquité vénérable dans les gestes des hommes. L'éternité semble amoureuse des travaux du temps. Il s'allonge, dos sur la terre rêche, s'abîme dans une longue contemplation du ciel, comme s'il voulait se fondre dans la terre. Il cherche à refléter par des mots ce monde qui échappe à ses mots. Il a besoin de compagnons vivants. Ses parents persistent à grandir en lui. C'est la parfaite solitude. Il sent en lui quelque chose qui cherche à être dit, qui veut se dire. Les hommes... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
15 juillet 2015

Childebert n'a eu le temps de rien

Childebert regarde avec détachement les objets qui ont jalonné sa vie. Childebert considère que chacun est comme ils sont. Se sent trahi, mais il ne se demande pas dans quelle mesure. La seule chose qui l'intéresse, est de trouver la paix intérieure — dort peu, les nuits lui sont pesantes — ne veut pas prêter l'oreille au colossal désert des autres ; pour ne pas croire à la mort, Childebert, ne croit en rien — trop attentif à la liberté d'action de chacun, refuse d'être gentil. Childebert a horreur d'avoir besoin d'autrui, seule lui... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 mars 2015

le soleil monte et descend

13. Les convictions du Poète le soleil monte et descend les étoiles reprennent chaque nuit leur place rien ne change le monde est globalement vert le ciel bleu les enfants s’écorchent toujours les genoux en tombant sur le gravier des parcs les voitures empuantissent l’atmosphère la tourterelle roucoule parce que l’oie cacarde et la perdrix cacabe parce que l’éléphant barrissant refuse de mugir n’est-ce pas qu’il en est ainsi parce que c’est comme ça les hommes poursuivent leurs femmes et celles des autres comme les animaux leurs... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
27 janvier 2015

Barbe-Bleue marche sur ses rêves

Barbe Bleue a tout cela en tête; l'hymne de l'avenir est paradisiaque et l'amour traverse l'espace; Barbe Bleue a compris que tout ce qui compte, c'est de rester intact — la nature est belle; le jour est en attente de larmes — une vitre sépare — les mots tournent sur la roue du temps; Barbe Bleue meurt de trop de vie... sa vie est grosse d'espérance. Son âme a la lourdeur des blés, la vie est grosse d'espérance, le vent repose sur les branches — Barbe Bleue attend les montées de la sève : il marche sur ses rêves... Barbe Bleue... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
20 janvier 2015

J’attends quelqu’un

Les mots, quels qu’ils soient, disent toujours infiniment plus de choses qu’ils ne devraient. Ces simples trois mots portaient tant de sens possibles que, aujourd’hui, plus de soixante dix ans après, je n’en ai pas encore fini avec eux. Il faut ainsi sans cesse composer avec la mémoire qui, pour des raisons qui n’accèdent que rarement à la conscience claire, fait ressortir des incidents, des faits minimes qui, du coup, nous poursuivent toute notre vie alors que d’autres disparaissent à jamais. Aucun de mes proches avec qui j’ai eu... [Lire la suite]
Posté par hodges à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 mars 2014

le sexe

Bien qu’en ayant l’habitude depuis de nombreuses années et vivant dans une solitude confortable et douillette, je ne peux tout à fait me résigner à agir, n’existant plus guère que dans le souvenir, en quelque sorte, sur les marges du monde vivant et ce d’autant quer ma mémoire loin d’être un puzzle dont les pièces après un temps plus ou moins long finissent par s’emboîter pour former une image cohérente, mais un jeu de cubes colorés dont rien n’indique où chacun a sa place et qui permet ainsi de constituer une infinité d’images dont... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,