07 mars 2017

Aventure

Par Didier McGear Ce qui augmente encore en moi mo, embarras est l'attention des écoutants, les interprétations et le poids qu'ils donnent à tout ce qui part d'un homme qui, ayant écrit expressément pour les enfants, est supposé ne devoir leur parler que par oracles... Cet accident me fut pourtant bien sensible par la circonstance, car c'était le temps des exercices où l'on faisait manoeuvrer la bourgeoisie, et nous avions fait un rang de trois autres enfants de mon âge avec lesquels je devais en uniforme faire l'exercice avec la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 février 2014

je ne pensais pas vous entraîner dans une aventure aussi déraisonnable

«Date: Tue, 19 Jun 2001 17:18:24 +0100 To: "Émile-Alain JEANPIERRE" <jeanpierre@gymnase.com> From: Jean-Pierre BALPE <jbalpe@away.fr> Subject: RE: Mail-roman "Rien n'est sans dire", courrier N° 66 Dans les fichiers de Stanislas, « teruengies » ne peut-être que Seigneuret… Sylvère Seigneuret pour être plus précis. Ce nom doit certainement vous dire quelque chose car, il y a quatre ou cinq ans, il a fait la une de la presse nationale, peut-être même internationale. Petit-fils d’un homme politique d’extrême droite,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 mai 2013

Blaise Carver philosophe

  Pour commander "La Toile", cliquez sur l'image To upload "La Toile", click on the picture. De toute façon, Blaise ne pourra aller plus loin. L’énigme initiale est résolue: Blaise Carver sait qui a tué Kharamidov. David Peirse !… Cela ne fait plus aucun doute. Il sait aussi pourquoi… Les trajectoires de Kharamidov et celles de Sarpedon se sont un jour croisées. Même s’il le soupçonne, Blaise ne saura jamais quand ni comment. Est-ce important ? Pour une raison ou une autre, un jour, quelque part, des vies croisent... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
16 mars 2013

menaces

La contrainte de la correspondance est forte, elle interdit l’immédiateté de la pensée: je dois, chaque jour, attendre d’être assez disponible pour rédiger ma lettre. De plus, j’ai besoin d’une prise téléphonique… En pratique je ne peux vous écrire qu’en soirée or, d’un moment du jour à l’autre, l’humeur change et, telle idée, tel souvenir qui, à tel moment de la journée, me semblaient importants à vous rapporter se sont alors estompés ou même évanouis… Entre Alès et Mende, je pensais à cela dans ma voiture: la lenteur des routes de... [Lire la suite]
09 mars 2013

accident

Demain commence une tournée de trois jours en Lozère: j’ai rendez-vous avec divers notables que je dois convaincre et de l’intérêt des réseaux câblés et de celui de la cyberdémocratie. N’ayant une voiture louée que pour demain matin, ce soir, ce sera Montpellier… Je n’ai pas eu envie de promener en ville ni d’aller au cinéma; les soirées des villes de province me dépriment le plus souvent: trop de vide, d’ennui, de lumières éteintes, de lieux trop prévisibles, d’objets d’une bourgeoisie propre… mais «des objets trop graves m’occupent... [Lire la suite]
26 février 2013

d'étranges accidents

Bref passage à Montpellier aujourd’hui entre l’avion et la route… Je dois consommer la moitié de ma vie sur le rail, en l’air ou sur les routes. J’ai aimé cette ville dans mon enfance, c’était la capitale de mes grands-parents maternels, elle avait un côté paisible et chaleureux qui s’est affadi dans ses constructions grandiloquentes du quartier Antigone, je suis allé déjeuner dans un petit restaurant de la rue de l’Ancien courrier qui me rappelait quelques soirées de jeunesse. J’ai loué une voiture : demain je monte pour trois... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 décembre 2012

l'accident

Un des grands du camp adverse sur lequel s’était jeté Joseph, notre chef. Joseph avait le visage complètement blanc, défait, bouche ouverte, ne sachant que faire, il regardait couler le sang de la main droite de René au centre de laquelle dépassait une pointe de fourche. Oubliée dans le foin, sous la violence du poids de Joseph qui avait saisi les bras de son adversaire, elle lui avait cloué la main droite. Les cris de l’enfant étaient tels, nos cris à tous que des adultes arrivèrent immédiatement et, en tête, mon père qui ne pouvait... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,