12 juillet 2015

Antoine et Wilfrid dénotent les clients

Bien entendu, une histoire pareille, ça ne peut pas vraiment bien finir. Bien sûr, c’est pas l’argent qui manque, celui de La Beude même ayant mijoté des jours et des ans dans sa lessiveuse, sous son matelas ou dans n’importe quelle autre cachette, malgré son odeur et son aspect froissé vaut autant que n’importe quel autre et Wilfrid n’a pas l’intention de se tirer en douce avec Antoine. difficile d’ailleurs car le loufiat, craignant une entourloupe, les surveille avec soin. Non, ce qui cloche, c’est la culture, les conventions, les... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 septembre 2013

Discrétion et menu

Ça chuchote dans la salle, un bruissement aussi discret que le son d’une aile de papillon de nuit, mais ça chuchote, une femme ronde et rougeaude a fait signe à un des garçons qui lui tend l’oreille, jette un regard discret vers la table de Wilfrid et Antoine, hausse discrètement les épaules, la grosse femme remet le nez dans son assiette tout en parlant avec une véhémence discrète à son gras mari en costume trois pièces gris souris qui se retourne discrètement ; dans un autre endroit de la salle, un homme, jeune, élégant, assis... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 septembre 2013

Au restaurant

Wilfrid sympathise. Il ne sait pas pourquoi mais il sympathise. Faut dire qu’il sympathise facilement. N’a que ça à faire, sympathiser. Alors : « T’as pas envie de bouffer ? » « Si, mais j’ai pas un rond… » « Te casse pas, je t’invite… » « Alors ! ». On devine la suite. Il y a une suite. Je ne sais pas si je dois la raconter car elle est peu crédible, mais la vie n’est-elle pas souvent plus incroyable que la fiction… Wilfrid invite Karl le tatoué mais il ne l’invite pas... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 août 2013

rencontre sur un banc

Ce n’est pas parce que toute vie à une fin qu’elle obéit à une finalité. Wilfrid se laisse porter par les vents contraires. Il va, revient, va, tourne, revient. Sa vie n’a aucune unité. Entre être et faire, Wilfrid n’a jamais hésité. Tout comportement en lui est imprévisible qui ne dépend que du désir de l’instant. Il ne veut rien maîtriser, se laisse porter par ce qui se produit autour de lui. Il est à la fois libre et contraint, indépendant et dépendant. C’est un homme. Il va de moments en moments sans jamais s’occuper de ce qu’il y... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
25 juin 2013

le PMU de Wilfrid

Wilfrid est un personnage de roman. La preuve, il est dans un roman… Mais il n’est pas un personnage de roman parce que sa vie n’a ni début, ni fin. Il n’entame ni ne finit un récit. Sa vie ne prouve rien. Elle est faite d’une infinité de fragments qui, s’ils donnent une certaine réalité au personnage n’en font cependant en rien une trajectoire. Sa vie peut ainsi être rapportée à l’infini, chaque jour est un jour, chaque heure une heure sans qu’il y ait entre eux ni causalité ni déterminisme. C’est ainsi et c’est ainsi. Ainsi il y a... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 juin 2013

Wilfrid fait des rêves érotiques

Bien que Wilfrid s’en défende, La Beude lui manque, ainsi il rêve souvent qu'il lui fait l'amour... Elle soupire dans son sommeil, il la caresse, La Beude émerge de la profondeur de son sommeil, Leur étreinte est pleine, passionnée, désormais La Beude peut jouir... Même si elle a les seins qui tombent. Wilfrid est un homme avec des jambes courtes maigres, mais vigoureuses et musclées, un homme aux muscles d'acier. La Beude apprécie une certaine violence et elle est active : Wilfrid la tient ferme. La Beude dévore ce membre, cette... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 mai 2013

le grand désespoir de l'auteur

Écrire un roman sur la vie de Wilfrid relève de la gageure. Il a fait tant de choses dans sa vie, tellement divagué d’un lieu à l’autre, a rencontré tellement de gens pittoresques que ne parler que de quelques uns d’entre eux est passer à côté de l’essentiel. La vie de Wilfrid est comme une pièce de feu d’artifice qui éclate en milliers de fragments aux couleurs variées qui, tout en se dispersant dans l’espace céleste, n’en restent pas moins liés par une commune origine. Ça fuse dans tous les sens. Et ni sa résidence dans un camping... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
11 mai 2013

l'enfance de Wilfrid

La vie de Wilfrid a toujours été des plus décousues. Orphelin, il a passé les cinq premières années de sa vie dans un orphelinat dont il ne conserve aucun souvenir. Il sait seulement, parce que cela lui a été rapporté plus tard, qu’il s’était accroché à une espèce de petit lapin de peluche aux grandes oreilles comme s’il était la bouée qui lui permettait de surnager. Adopté, à la fin de sa sixième année, par une famille de boutiquiers de Voulx, petite commune de Seine-et-Marne, qui voulant une descendance pour transmettre la boutique... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 avril 2013

Un lyric dédié à Wilfrid

CMKK, CMKK… Wilfrid traîne de plus en plus souvent avec cet alcoolique et les White Spirit qui ont dégotté un squat dans le quartier où, chaque soir, chacun apporte autant d’alcool qu’il peut. Et peu importe la boisson pourvu qu’elle soit alcoolisée, du raki au chouchen, tout est acceptable. Bien sûr, bière et whisky sont préférables mais ce n’est pas tous les soirs Noël. Se saouler avec d’autres est pour Wilfrid une image du paradis, on déconne, on ne pense à rien, on boit, chacun débite comme il veut son discours d’ivrogne, on boit,... [Lire la suite]
05 février 2013

Wilfrid apprend à se connaître lui-même

Wilfrid peut passer de très longues minutes à observer la peau de son médius droit, il en compare d’abord les impressions tactiles frottant son majeur contre le pouce de la même main ou contre celle du bout du médius gauche ce qui lui permet de vérifier la différence de sensation : si ses autres doigts frottés les uns contre les autres donnent une perception dominante de lisse et de souple, la peau du bout de son majeur gauche communique d’abord un sentiment de rugueux, d’irrégulier, il semble que là quelque chose accroche et que... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,