12 juin 2016

le ciel bleu est une dérision

Ils sont perturbée par les flots incessants d'images que diffusent les multiples écrans : les actions sont à peine intelligibles ; un jour, dans son enfance, Roberte s'en souvient, une femme se promène avec elle au bord d'un lac, le ciel c'est le ciel, sous ses bras un chien en peluche queue-de-vache foncé si doux, longtemps conservé, et un pressentiment de bonheur extrême. Quelque chose l'inquiète qu'elle ne sait pas cerner avec précision... Le temps a son poids d'éternité. Oriane Proust croit percevoir comme la crécelle sèche d'une... [Lire la suite]

27 avril 2016

le désir est une espérance impatiente

Ce qui  se passe dehors ne les intéresse pas ; l'air est saturé ce. Une voisine traverse la rue ; elle semble très pressée. Sur le pignon qui fait l'angle de la rue Chateaubriand et de la rue Radiguet, au-dessus du marchand de nouilles, un affichage Giraudy porte une immense affiche sur laquelle une jeune femme, à moitié nue se vautre sur une plage en lisant un roman Harlequin — un vent léger fait bruisser le maigre feuillage des platanes du square ; beaucoup de gens dans la venelle Jean-Pierre Balpe ; il semble que tout... [Lire la suite]
03 octobre 2015

il lui est difficile de comprendre

De plus, en ce moment, ça ne l’intéresse pas beaucoup. De plus, en ce qui me concernait, à Supélec, je m’étais déjà spécialisé dans les réseaux et ça, c’était top. De plus, en ce qui me concerne, je n’ai jamais reçu ni le courrier d’Yves Rivet-Fusil, ni les messages bizarres annoncés. De plus, en réfléchissant, je crois que j’ai trouvé une solution qui peut m’éviter d’avoir recours à vous. De plus, hier matin, un homme très inquiet se présentant comme monsieur Kitab m'a parlé d’un Il qui se serait mis dans de sales draps. De plus, il... [Lire la suite]
18 septembre 2015

le soleil brûle encore

Mais d’après lui ce n'était qu'un prétexte ; la véritable raison, cachée en dessous, pourrait bien être qu'on ne veut pas que les gens restent assis comme ça, à ne rien faire, à se balancer, à discuter ; ce n'est pas la bonne façon de se fréquenter ; le revêtement de plastique ignifugé se fendit et la maison se met à frémir sous l'effet des flammes... Toujours le risque qu'on ne tombe dessus. Regarde l'univers. La pièce est vide, en vérité... Tu pourrais bien penser à moi de temps en temps ; le regard de Marc Argencourt se fixa... [Lire la suite]
17 juillet 2015

rien n’est donné gratuitement

Dans notre époque mercantile, rien n’est donné gratuitement. Dans quel but? Il n’en sait rien et cette ignorance ne peut qu’accentuer son désarroi. Dans sa glorification du corps, Seigneuret ne cherchait en fait qu'à refouler sa déception du sexe. dans sa paix singulière, j’aurai un peu plus de temps pour vous écrire. Dans sa suite du Grand Hôtel, deux hommes discutent avec Nathalie: Michel, 60-70, sec comme une lame de sabre; un inconnu, chemise rouge, béret rouge, enveloppé, accent colombien: ce qui compliquerait moins... [Lire la suite]
04 février 2015

deux vers d’Hussein Mansour Al Hallaj

I - 86 Comme le réveillon s’est prolongé, Carver s’est couché très tard. Comme le soulignait Walter Benjamin, Brecht a voulu conduire les hommes à s'étonner des raisons et des conditions dans lesquelles ils fonctionnent et il a vérifié le précepte de Kafka selon lequel une authentique parole d'écrivain doit être un piolet pour briser la mer gelée qui est en nous. Comme le temps passe, elle et Il se heurtent aux murs de leur prison doré comme des oiseaux exotiques; ils ne peuvent plus imaginer vivre l’un sans l’autre: Ta place dans... [Lire la suite]

22 septembre 2010

De Saint Loup à Edwarda Jancarza

Je suis au désespoir, Edwarda… Comment pourrais-je, Edwarda, ne pas penser à vous, je veux juger des pensées que vous avez pour moi - je ne retiens aucune leçon… je n'ai jamais rien tant aimé que vous; je vous aime trop pour risquer de vous perdre - un seul de vos regards détruit toutes mes hésitations - je n'ai rien à dire que vous ne sachiez.Reconnaissance d'erreurs et… foutaises… discuter avec mes êtres intérieurs, les absents comme les morts; je rêve de vivre sans jamais revoir Andrea. Mon regard se perd souvent dans mon... [Lire la suite]
29 juin 2010

Personnages

Bréauté, Charlus, Elstir, Ganançay, Kharamidov, Norpois, Palancy, Saint-Loup ; des femmes : Albertine, Françoise, Germaine, Gilberte, Lucienne, Natacha, Nathalie, Oriane, Rachel, Roberte, Uwe… Leurs noms proviennent tous de mes lectures mais leur personnage m’ont le plus souvent été inspirés par la réalité. Je n’en révélerai pas toutes les clefs. Cependant, parce que par son jeu il m’y oblige, je dirai que j’ai pris la plus grande part du personnage de Saint-Loup à Jean-Pierre Balpe.Cette distance froide devant les choses,... [Lire la suite]
21 juin 2010

Parler d'autre chose

Passons à autre chose. La vie est intéressante en soi: elle ne cesse d’introduire des surprises. En ce moment je lis Paul Auster et ne peux résister au plaisir de citer un passage de La chambre dérobée : "Je ne veux pas revenir sans cesse là-dessus. Mais les circonstances dans lesquelles les vies changent de cours sont si diverses qu’il paraît impossible de dire quoi que ce soit sur un homme avant sa mort. Non seulement la mort est la seule véritable pierre de touche du bonheur (ainsi que le remarque Solon), mais c’est le... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 février 2010

Existence de Carlos Valdes

Dans le chaos de l'espace le puzzle de l'existence de Carlos Valdes s'organise lentement.A la passion de l'anglais,il peut s'enthousiasmer pour une locution comme "purple flood"A trente ans Carlos Valdes rencontre Emiliano Zapata, cette rencontre fut pour lui considérableCarlos Valdes a de la volontéCarlos Valdes a toujours refusé de rencontrer Saint LoupCarlos Valdes est capable de tout Carlos Valdes est venu au monde le jour où les jours raccourcissaientCarlos Valdes sauve les orphelinsCarlos Valdes, Bison blanc et... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,