19 novembre 2015

je n'ai jamais rien tant aimé que vous

51 Comment, chère Rachel, vous taire la vérité — je n'ai jamais rien tant aimé que vous, si vous étiez persuadée de mes pensées, vous comprendriez mon ambition — oubliez Espéranza... Pourquoi faut-il qu'il y ait de temps en temps tant de différences dans les compréhensions — j'attendrai de vos nouvelles avec impatience et je n'aime la vie que pour la passer avec vous ; vous seule me tenez lieu de tout. Vous m'êtes toujours présente, toujours je vous vois, toujours je vous dis tant, tant de choses, mais toutes jetées au vent — je... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

18 octobre 2015

De lourdes colonnades dorées soulignent la rigueur des murs

46 De lourdes colonnades soulignent la rigueur des murs, de grands cendriers dorés sur pieds rythment l'espace de la pièce. Le trou de la serrure l'attire, le défie, l'exaspère et l'inquiète et il regarde sa lettre d'amour ; Barbe Bleue est assis dans un fauteuil, ses souvenirs l'emplissent qui tendent à se substituer au présent — une fillette rieuse, d’environ cinq ou six ans, blond aux joues rebondies regarde l'objectif. Il n'est plus sûr d’avoir vécu tout cela et son image tourne dans le miroir gigantesque au cadre... [Lire la suite]
18 septembre 2015

le soleil brûle encore

Mais d’après lui ce n'était qu'un prétexte ; la véritable raison, cachée en dessous, pourrait bien être qu'on ne veut pas que les gens restent assis comme ça, à ne rien faire, à se balancer, à discuter ; ce n'est pas la bonne façon de se fréquenter ; le revêtement de plastique ignifugé se fendit et la maison se met à frémir sous l'effet des flammes... Toujours le risque qu'on ne tombe dessus. Regarde l'univers. La pièce est vide, en vérité... Tu pourrais bien penser à moi de temps en temps ; le regard de Marc Argencourt se fixa... [Lire la suite]
22 août 2015

c’est bien de son histoire que je parle

De la fenêtre de Rachel provient une autre voix, tout aussi jeune et séductrice, peut-être plus féminine. De la forêt monte une myriade de cris animaux; du fond de la vallée provient le froissement soyeux de la rivière. De la glace dehors, de la glace dedans. De la jungle proviennent de nombreux cris. De la main droite, Il se promène à distance dans cet espace. De la main gauche, comme un chef dirigeant un orchestre, il trace dans l’espace un plan horizontal. De la maison, des pas partaient dans la neige se dirigeant vers le petit... [Lire la suite]
05 juin 2015

Soeur Anne range les miroirs

34 Elle ramasse le téléphone qui ne sonne plus, les miroirs où il ne se regarde plus. Elle ramasse une liste de noms parmi lesquels Lou et Lou et Lou, les crayons posés sur la table. Quelque chose d'indéfinissable. Elle essuie essuie les verres qui portent encore des signes de vin, Soeur Anne essuie ça... La canne sur le sol. Elle range des hebdomadaires froissés et Soeur Anne nettoie nettoie un ticket de métro; les oreillers fripés et elle fait tout briller tout briller; elle ramasse la lettre signée par Robur... Soeur Anne nettoie... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
15 mai 2015

Mon existence est une inquiétude de chaque minute

25 En vous disant adieu, Rachel, je vous prie de ne plus voir Robur. Je ne sais que vous dire et si, cara Rachel, si voi molte volte mi fate godere di una esistenza celeste. Souvent, le coeur tout meurtri des coups que vous me portez, sans vous en douter, je me force à de la joie pour obtenir de vous un sourire — je vous chercherai toujours, je vous aimerai toute la vie encore plus, s'il se peut, que je ne vous aime à présent — je n'ai jamais rien tant aimé que vous, mon réel est une inquiétude de chaque minute et à qui pourrais-je... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

28 février 2015

Déclarations

20 Chère Ardente. Ma vie est une inquiétude de chaque minute. Ne prenez pas garde à mes paroles qui sont faibles ; je suis tout à vous et j'ai poussé des cris de douleur en pensant à vous et vous tenez mon être dans et vous m'avez fait injure lorsque vous avez douté de la vérité de mes mouvements. Je vous aimerai toute la vie encore plus, s'il se peut, que je ne vous aime à présent... Sempre mi siete presente, sempre vi dico tante, tante cose, tutte al vento, tutte ; si vous étiez capable de quelques passions, vous ne me... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
19 janvier 2015

ce qu'il y a de plus intime

De plus pour un homme comme Charlus certes, sa seule inquiétude authentique est que ses enfants partagent les terres. En somme, Germaine exigeait à la fois qu'on l'approuvât dans son régime, qu'on la plaignît pour ses souffrances et qu'on la rassurât sur son avenir de plus cette avance du déjeuner donnait d'ailleurs au samedi, pour nous tous, une figure particulière, indulgente, et assez sympathique alors dans l'espèce d'écran diapré d'états différents déployait simultanément ma conscience, et qui allaient des aspirations les plus... [Lire la suite]
09 janvier 2015

De La disparition du Général Proust

Fictifs ou réalistes, toute vie est faite de récits. Aussi je n’ai jamais trouvé en rien choquant que mon ami Marc Hodges, dans sa Disparition du Général Proust, nous mettes, ma femme Rachel et moi-même, en scène. Bien sûr il n’y a dans ce texte peu de notre réel et faire de nous des comploteurs contre son général littéraire est quelque peu exagéré, mais le milieu qu’il y dépeint, l’âge des personnages, leurs relations, n’est pas très loin d’être le nôtre. Il est vrai que, dans notre vie, nous avons eu moins d’amants ou de maîtresses... [Lire la suite]
18 novembre 2014

La solitude

« On peut d’illusions pendant longtemps et être assez heureux » dit Faulkner dans son étonnant roman Les Palmiers Sauvages et je ne me trompe pas beaucoup en disant que consciemment ou inconsciemment, Maurice Roman, sans le citer, reprend cette phrase dans son autobiographie L’Acclimatation à la Mort : « Le bonheur étant tout d’intérieur, on peut vivre d’illusions un certain temps et s’en satisfaire ». Tout est dans la qualification du temps : « pendant longtemps » modifié par Maurice Roman en... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,