10 mars 2017

Le quotidien et la gloire

Né en 1922, ma vie a traversé un monde de crises et de guerre. Pas une année où il n’y ait une guerre, souvent plusieurs, massacrant sans la moindre hésitation des hommes, des femmes, des enfants, dans un territoire ou un autre. Pas une année où une crise n’a pas tué, déplacé, martyrisé moralement et physiquement des êtres qui ne demandaient qu’à suivre, le moins mal possible, la trajectoire de vies modestes. J’ai essayé, en vain, d’y échapper. Jugeant que l’homme était un animal déséquilibré, je me suis mis le plus possible à l’écart... [Lire la suite]
Posté par hodges à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 juillet 2016

Fuite de la guerre

Je n’étais ni croyant ni mystique mais cette prophétie m’avait marqué et j’avais besoin d’y croire. Nous étions en 1941 et j’avais dix neuf ans. Le Nord de la France était occupée depuis déjà plus d’un an et chacun sentait bien que la situation n’était pas prête de s’arranger. En 1942, entrant dans ma vingtième année je devrais aller pour huit mois dans un chantier de jeunesse et nous savions tous que cela risquer de se transformer en deux ans de travail obligatoire en Allemagne dont déjà nous revenaient quelques cadavres tués par des... [Lire la suite]
11 juillet 2012

Noces villageoises

La noce donc. Noce villageoise : impensable que les soixante seize habitants du village ne soient pas invités. Et la famille du marié, mon père. Peu de monde il est vrai : grand-père Aristide, grand-mère Marthe Roman, née Falkowski — je ne sais si j’aurais le temps d’expliquer ce nom polonais qui pourtant joua un rôle dans ma vie — leurs deux filles, mes tantes. Tante Luce, déjà vieille fille faute d’hommes à épouser, et tante Georgette, épouse Koszarek dont le mari gravement blessé en 1917, n’avait pas pu se déplacer, alors... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 juin 2012

La noce

Dans la hiérarchie non dite du village, le père Mazel était tout en haut. Épouser sa fille comme, plus tard, être son petit fils n’était pas sans importance et son influence sur mon enfance — et même sur ma vie entière — fut considérable. La fête de la noce de mes parents se devait d’être remarquable et tout le village devait se mobiliser. Comme je crois l’avoir déjà écrit, La Roche était un village sauvage, isolé par des forêts épaisses, des marais, de vagues pâtures où des masses de granit jouaient le rôle de sentinelle, il était... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 mai 2012

Atmosphère villageoise

Avant d'aborder enfin le sujet véritable de ces écrits — l'histoire de ma vie — me reste à poser quelques fragments de décor, qui ne sont pas sans importance pour la suite, mais que je donne ici en désordre. Après tout, aucune loi n’oblige un récit à être rationnel et linéaire. La Roche n’était pas le village idéal que mes descriptions antérieures pourraient laisser croire : haines, jalousies, querelles, rivalités, rancœurs, inimitiés, rancunes, aigreurs, ressentiments, bassesses… toute la panoplie des sentiments négatifs... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 avril 2012

La population de La Roche

Au village, l’instituteur était un dieu laïque et, mon père étant célibataire, il représentait en plus, quelque chose comme l’espoir dans un nouveau futur: chaque famille voulait l’avoir à tour de rôle à sa table. J’imagine que, bien qu’il soit venu se ressourcer dans cet espèce d’ermitage de l’éducation que représentait le village si isolé de La Roche, il devait plutôt apprécier de pouvoir sortir de sa classe, une classe unique du cours préparatoire au certificat d’étude, avec dix sept élèves — sept garçons, dix filles — et de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 avril 2012

L'instituteur du village

C’est une grande prétention de croire que ma vie peut intéresser qui que ce soit d’autre que moi. Je ne l’ignore pas mais, à l’âge que, en dépit des épreuves et des erreurs, j’ai fini par atteindre, j’éprouve le besoin de faire le point sur toutes ces années passées avec l’illusion naïve que mon expérience peut présenter quelque intérêt. Mais si nombreux sont ceux qui ont dit ça avant moi, si nombreuses sont les confessions ou biographies sans intérêt que j’ai lues… Chacun de nous se croit unique et s’imagine que l’histoire de sa vie... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 avril 2012

La population de La Roche

Mon père arriva à La roche en janvier 1919. La Roche, un village ordinaire et même plutôt médiocre, rude, sauvage, tassé autour d’un gros caillou et devant pour l’essentiel son nom à une « roche branlante », un phénomène naturel, une curiosité locale, un rocher depuis toujours en équilibre mobile sur un autre que, depuis la nuit des temps, c’est-à-dire de mémoire d’homme, les enfants, se prenant pour des géants de légende, s’amusaient à faire bouger. La population de La Roche – me dit plus tard mon père était alors... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 mars 2012

Mon père rejoint La Roche

Comme si cet épisode de sa vie n’avait jamais eut lieu ou était enfoui avec les derniers morts inutiles de l’été 1918, mon père ne me parla jamais de sa guerre. Pourtant, sept ou huit ans après l’armistice, quand j’étais en âge de comprendre ou, plus exactement, d’être sensible aux non-dits des êtres, dans ces longues heures qu’il passait, assis au bord d’un ruisseau aux eaux paresseuses, comme perdu dans le vide d’une pensée mutique, je devinais en lui comme une fêlure. Revenu de la guerre, mon père, jeune instituteur qui n’avait eu... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,