25 juin 2016

son corps est un champ électrique

Ecoute, mon double, pleurer n'est pas facile. écoutez, je…. Écrire un récit n'est qu'un jeu: il n'y a pas de bonnes réponses. écrit dans un style confus, malade, presque pervers, il tente de se justifier: personne peut vraiment comprendre. écrit le baron au Chevalier. Effacer le losange rouge révélait un texte manuscrit d’une écriture maladroite, tremblante, presque apeurée. également ! Dieu protège les enfants qu’il aime. également à partir de la matière, le coupe Peter. également son ami le plus sûr. Eh bien. Eh bien voilà! Pas... [Lire la suite]

12 juin 2016

le ciel bleu est une dérision

Ils sont perturbée par les flots incessants d'images que diffusent les multiples écrans : les actions sont à peine intelligibles ; un jour, dans son enfance, Roberte s'en souvient, une femme se promène avec elle au bord d'un lac, le ciel c'est le ciel, sous ses bras un chien en peluche queue-de-vache foncé si doux, longtemps conservé, et un pressentiment de bonheur extrême. Quelque chose l'inquiète qu'elle ne sait pas cerner avec précision... Le temps a son poids d'éternité. Oriane Proust croit percevoir comme la crécelle sèche d'une... [Lire la suite]
05 janvier 2016

huit jeunes officiers descendent l’escalier

Dès que j’y pénétrai, le concierge à qui je demandai les clefs me dit qu’il y avait moins d’une heure un homme m’avait demandé qu’il n’avait voulu laisser ni un mot, ni son nom: une quarantaine d’années, me dit-il, cheveux bruns, yeux légèrement bridés,ce qui l’avait surtout frappé, c’était son accent dont il n’aurait su définir l’origine. Dès que je le pourrai je le ferai et vous tiendrai au courant, ayant quelques conférences à faire au Collège d’Europe à des fonctionnaires de la Communauté, je devais partir pour Bruges au début de... [Lire la suite]
18 novembre 2015

Il n'y a partout qu'assassinats, crimes de toutes sortes.

Oriane Proust cherche des indices, des regards qui confortent ses notions. Une mémoire lui revient en mémoire... Elle a toujours ressenti l'idée d'être au-dessus du vide, au-dessus de quelque chose comme un précipice qui l'effraie... Elle regarde lentement, attentive, la foule ; elle rêve d'un amour de costume de tergal... Oriane Proust ne sait pas vraiment ce qu'elle attend... à ses côtés, se retrouvait la petite fille de jadis au rire si cristallin... Elle ne parvient pas à faire une différence bien nette entre ses souvenirs et son... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 septembre 2015

le soleil brûle encore

Mais d’après lui ce n'était qu'un prétexte ; la véritable raison, cachée en dessous, pourrait bien être qu'on ne veut pas que les gens restent assis comme ça, à ne rien faire, à se balancer, à discuter ; ce n'est pas la bonne façon de se fréquenter ; le revêtement de plastique ignifugé se fendit et la maison se met à frémir sous l'effet des flammes... Toujours le risque qu'on ne tombe dessus. Regarde l'univers. La pièce est vide, en vérité... Tu pourrais bien penser à moi de temps en temps ; le regard de Marc Argencourt se fixa... [Lire la suite]
04 mai 2013

les amies de madame Cottard

Ce jour-là, Madame Cottard a quelques unes de ses amies les plus proches à dîner: Rachel Swann, mère de la jeune pianiste, Françoise Persigny et Germaine Argencourt. Marie-Gineste Cottard ne sait jamais d’une façon certaine de quel ton elle doit répondre à quelqu’un, si son interlocuteur veut rire ou est sérieux et, à tout hasard, elle ajoute à toutes ses expressions de physionomie l’offre d’un sourire conditionnel et provisoire dont la finesse expectante la disculperait du reproche de naïveté si le propos qu’on lui a tenu se trouve... [Lire la suite]

11 novembre 2011

Tuer Jean-Pierre Balpe

je suis muet depuis quelques temps: trop de problèmes de nature différente… La vie… La vie et ses sous-catégories: travail, famille, sexe, argent, santé, corps, relations sociales, etc. Illimitées comme vous le savez. Bref tout ça, pour moi, est, depuis quelques temps, devenu assez chaotique et je me débats au milieu d'un enchevêtrement de contradictions chaotiques. Comme la plupart d'entre vous, je fais ce que je peux. Je ne fais que ce que je peux, cela m'occupe déjà beaucoup…Bref, pas le temps de m'occuper de Balpe qui mène sa vie... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
10 novembre 2011

Germaine

I - 31 g Germaine Germaine a beau être jeune Germaine a fait un bond de côté en disant ça Germaine a tout déballé Germaine alla plus loin Germaine appuie son dos contre la porte Germaine Argencourt Germaine attend une réponse Germaine avait beau secouer mon pauvre membre tant qu’elle pouvait Germaine avait lu Germaine avait refusé Germaine baille à s’en décrocher le combiné Germaine chassée Germaine craignait Germaine doit avoir froid Germaine donne un coup de pied dans la porte Germaine dormit longtemps Germaine écrase sa cigarette... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 novembre 2011

Essai d'écriture anglaise de Pierre Charlus

Germaine Germaine Germaine young may well be jumped aside, saying it was all unpacked Germaine Germaine Germaine went further supports his back against the door Argencourt Germaine Germaine Germaine waiting for a response was in vain to shake my poor member Germaine as she couldhad read Germaine Germaine had refused locker would pick up the handset driven Germaine Germaine Germaine must have feared cold Germaine gives a kick in the door Germaine Germaine slept long stubs out his cigarette in the drawer of the nightstand Germaine... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 octobre 2011

Le manuscrit de Germaine

Comme vous l’avez compris, le manuscrit de Germaine s’ouvre sur une histoire d’amour entre elle et Jean-Pierre Balpe. Dès cette ouverture constituée de six lettres d’amour (il y en a bien d’autres dans le manuscrit mais je ne sais si je les mettrai sur ce blog car leur correspondance semble avoir été illimitée et je crains, à la longue, qu’elle ne vous ennuie tant — bien qu’admirablement écrite — elle contient de banalités); dés l’ouverture donc elle implique Gilberte dont Balpe prétend qu’elle a été ma maîtresse, allant même jusqu’à... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,