17 août 2015

Souffrir était pour elle une chose nouvelle

J'éludai sa demande, et il me répéta ce qui m'avait déjà, été dit de la prochaine baisse des eaux ; de Lesseps, retentit aux oreilles de tous les politiques européens depuis trois ans — quant à la montre, il y avait quelque quarante ans qu'elle avait été achetée par le père d'Hisham ; Suez, sans le canal qui n'existe pas encore, mais qui y amène à flots des touristes anglais, des ingénieurs et des commerçants français, ne serait qu'une ruine fort désagréable à habiter... Au dernier rang, fort peu au dessus des ânes, même de leur... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 juillet 2015

Le père Butler feuilleta le journal

Oui, c'était bien, grommela Ulfoard, mais ça la faisait penser à la pauvre Georgina Burns. Les artistes de music-hall voulaient bien prêter leur concours ; Sheridan jouait des valses, des polkas et improvisait des accompagnements... Gerberge entra cœur et âme dans les détails de l’entreprise, approuva ou critiqua ; finalement, un contrat fut dressé aux termes duquel Medjnoun devait recevoir huit guinées à titre d’accompagnatrice pour les quatre grands concerts ; – Je vous souhaite une année prospère. Eudes se mit à composer les... [Lire la suite]
15 juin 2015

les difficultés de l’aléatoire

Rahan entre dans un centre commercial. Tout lui est suspect ; pourquoi ne me crois-tu pas... Pas question d’utiliser chèque ou carte de paiement... Reprendre tous ses souvenirs pour emporter dans la tombe une vie en ordre... Il fait beau, la soirée est douce, la foule envahit les rues... Rahan a retroussé jusqu’en haut des cuisses la jambe gauche de son pantalon. Le ciel affiche un bleu très doux — Son esprit, son corps, chaque cellule de son corps sont dans les difficultés de l’aléatoire absolu d’un présent perpétuel... Le silence,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
07 juin 2015

Adur se sait condamné à une fuite sans fin

Adur a donné la somme nécessaire, le semi-vieillard à la barbe de trois jours et une tache (de quoi ? Vin, graisse, sueur ?) sur sa chemise bleue délavée a décroché une clef sur le tableau, « la 23, deuxième étage »... Comme si, cette discrète fiction devait parvenir à chasser toutes les pensées qui l’obsèdent, tournent, dont il n’arrive pas à se débarrasser sans pour autant imaginer un début de solution à ses problèmes. Adur est devenu un porteur de virus susceptible de contaminer tous ceux auxquels il pourrait parler et il n’y a ni... [Lire la suite]
03 mai 2015

La journée s'annonce belle

Chahan ne peut être sûr de rien ; Chahan se dit que la foule est peut-être une protection, qu’il y sera anonyme, invisible même. Chahan paraît être cerné de personnages qui parlent à voix haute, que leurs conversations se mêlent, se répondent : "Tout à l’heure…"; ils ont dîné. Fatigué, il profite d’un rayon de soleil qui s’insinue entre les branches d’un des arbres. Chahan prépara ainsi son départ avec un soin extrême soumettant à un long examen chaque chose dont dés lors dépendrait sa vie. Chahan traîne dans les allées en faisant... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 avril 2015

Chahan vit dans un présent perpétuel

A tous les coins de rues, panneaux Decaux, affiches, publicités, les voitures l’assaillent — le jour s'annonce beau. Chahan a longtemps hésité pour savoir où cacher sa valise : consigne de gare il a craint que le passage aux rayons X révèle son contenu ; véhicule d’occasion abandonné dans une rue discrète la solution ne pouvait être que provisoire... Chahan se dit que là personne ne s’intéresse à personne et que la surveillance officielle doit y être plus lâche. Chahan ne doit s’attarder nulle part — ce qu’il vivait maintenant,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 avril 2015

il ne semble pas utile de poursuivre plus avant les investigations

Dans l’arrière-plan d’Hypérion, découvre enfin, lointain, pâle, presque invisible le nom Sarpédon. Dans l’attente de ma réponse, il semblait tellement anxieux que je lui ai juré, sur notre très ancienne amitié, qu’il en serait ainsi. Dans l’attente, on souffre tant de l’absence de ce qu’on désire qu’on ne peut supporter une autre présence. Dans l’avion qui me ramène de Barcelone, dans la demi somnolence par laquelle je me laisse gagner, je me souviens de cette anecdote racontée au sujet de Machrab et que nous nous étions amusés à... [Lire la suite]
14 avril 2015

Autour de lui tout est menace, avertissement, intimidation

Effondré sur sa chaise dure, coudes appuyés sur la table, tenant sa tête entre ses mains, il se laisse aller à un vague sommeil dont il émerge brusquement, estimant qu’il avait dû ne dormir que quelques minutes mais bénissant cette courte pause qui a libéré son crâne de la brume de fatigue qui l’encrassait. Ses chaussures devaient être confortables, légères, très solides car il savait qu’il devrait beaucoup marcher, ni trop chaudes ni trop fraîches, résistantes à l’humidité, éventuellement même à la boue ou à la neige, ne pas demander... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
10 avril 2015

Botan trouve des regards qui confortent son intuition

Le semi-vieillard qui, derrière le comptoir, parcourait les pages des courses du journal local en notant des chiffres sur un chiffon de papier, l’a à peine regardé : « Vous avez une chambre ? Ouais... Botan se souvient comment tout a commencé... Botan pouvait donc choisir l’excellence. Botan change de direction : téléphones. Botan fuit sa peur mais elle ne le lâche pas, l’empêche de faire ce qu’il devrait faire... Il se laisse envahir par les sons de ces mots qui, s’entremêlant, forment une sorte de symphonie de voix sourdes,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,