09 décembre 2016

(200-GEN-05-3 8 ||3 4 0 ||6 5 2 1 0)

Voici la missive plutôt trouble que Blaise de Parme nous a laissé avant de se donner la mort : "je déteste l'hyperfiction (ça veut dire quoi ?) d’ailleurs, je ne reviendrai plus la lire : " Elles le sauvegardaient justement parce que leur publicité était en contradiction avec la vie intérieure ; — il me semble qu’il y a quelque temps que nous n’avons vu Alexandra Pavlovna, dit un jour Alexandra en parlant de Mme Frédelon — Crevel se baissa, enleva le tison, et s'aperçut avec effroi que ce n'était pas la braise qui avait brûlé le pied... [Lire la suite]

09 août 2016

Une queue de foule se pressait aux portes

— Gilet blanc, jaquette bleue, chapeau gris... — Dieu ! Que Roxane est jolie en noir ! disait-il. Tout l’accablait en même temps, les années et le deuil... Qu'est-ce que ça ? Fatigue de l’oeil ou du cerveau, épuisement de la faculté artiste ou courbature du nerf optique ? Sait-on ! Il me semble que j’ai fini de découvrir le coin d’inexploré qu'il m’a été donné de visiter. — J’ai cru que j’allais pleurer. Or, un matin, comme sa femme de chambre entrait et venait d’ouvrir les volets et les rideaux en demandant : — comment va Madame... [Lire la suite]
Posté par hodges à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
25 juillet 2016

chacun semble protégé dans sa solitude

Ukam rentre dans un petit square au centre duquel trône un kiosque à musique, cherche un banc vide, s’assied, regarde instinctivement les enfants qui jouent... Ukam existe dans un chaos trouble d'événements imprévus. Ukam s’y est installé à la tombée de la nuit. — Vous pouvez les prendre tous et leur couper la gorge sous mes yeux, je resterai là et je regarderai. C'était un enregistrement de la conversation qu'il avait tenue avec Jonas, la nuit où il s'était enrôlé dans la Fraternité... Ukam n'a aucune possibilité de revenir en... [Lire la suite]
Posté par hodges à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
01 juillet 2016

conversation

Il y a encore de la place pour un ami chez le père de Sarald… ma tante. Si ce n'est pas lui c'est Azam… un jour ou l’autre… une nuit. Affirme elle en souriant. En plein jour. Elle ne manquera jamais de rien… vous représentez-vous Jésus-Christ comme un adolescent aux traits de femme. Bien qu’il ne cessât pas de sourire. à ces brigands-là… je vous le jure… ce numéro 113. à mon sens. La distance de cette maison à la vôtre… respectez cette rudesse… je n’ai plus rien à dire. Je dois vous remercier encore du concours précieux que vous avez... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
06 juillet 2015

c'était un dur travail que de tenir la maison

— non, c'est à peine perceptible ; le filon ! Pourquoi n’y avait-il pas songé plus tôt... Bien que ses yeux distinguaient quantité de détails dans la foule, c'était de façon morose. Au bout d’un moment, Rothrude entra dans la cuisine en criant... Derrière la porte du salon, il attendit la fin de la valse, écoutant les jupes frôler la porte et les pas glisser sur le parquet ; – alors … dis-moi, Imaan, tu vas pouvoir t’en sortir, hein ; quand la cuisinière vint l’avertir que tout était prêt, Rigarde entra dans la salle des femmes et se... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 juin 2015

perdu dans l’immensité de la ville

La chambre semble propre, un lit quelconque avec un dessus de lit jaunâtre, un oreiller blanc, sur un des côtés une armoire dont la glace est ternie par endroits et qui ne semble pas bien solide... Toujours à l’affût de la moindre parcelle de souvenir ; Le plus difficile est cette incertitude de chaque seconde, la conviction que chacune de ses secondes le menace, la nécessité de chaque seconde à décider ce qu’il doit faire de la suivante. Ne pas regarder les passants, ne pas se laisser prendre à leur piège car qui sait quelle est leur... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
22 mai 2015

Personne ne s’intéresse à lui

Il fait beau, la soirée est douce, la foule envahit les rues ; Vania donne parfois la conception de décoller de la réalité... Vania ne se contente pas de s’imaginer dans un espace littéraire où il sait que si les héros paraissent perdus, l’auteur lui dit savoir où il va... Vania prépara ainsi son départ avec un soin extrême soumettant à un long examen chaque chose dont dés lors dépendrait sa vie — Vania a de grands moments de lassitude où il se demande s’il ne ferait pas mieux d’abandonner, quels qu’en soient les risques, de s’arrêter... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 mai 2015

Le temps passe

Adur n’est pas fou, n’est pas paranoïaque, ne s’invente pas des persécutions car il sait ce qu’il sait. Sur la première page, une trace semi-circulaire marron foncé dénonce la tasse de café qui y a été posée — Adur se repose. Il est cerné de paroles dont il est presque sûr qu’un certain nombre le concernent. Seul le prix n’importait pas. Son effacement lui est un peu douloureux... Son oisiveté n'a rien à voir avec ces quelques journées de vacances qu’il s’accordait de ci de là sans perdre de vue la compéttion qui l’attendait. Leur... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,