13 décembre 2010

Orgie

Des Viltansons   se traînent entre les couples, agaçant les partenaires de caresses obscènes, des Kerrigheds profitent de la toute nouvelle complaisance des femmes pour les prendre ou, s’enfonçant sous les jupes, leur lécher le clitoris, des kérion tiraient aux hommes les poils du pubis les incitant à la sodomie, déchirent les vêtements des quelques femmes encore un peu vêtues pour leur malaxer les seins, des Farfadets prennent des paris sur la puissance sexuelle de tel oui tel villageois et encouragent leurs... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06 décembre 2010

Massacre

Juchés sur les arbres, les faudoux minuscules et les espiègles korrigans semblent beaucoup s’amuser du spectacle et, sautant de branches en branches, montrent du doigt les jeunes gens en éclatant de rire.Brusquement, le chant se tait, la danse s’arrête, la foule soudain immobile, fixe longuement les trois prisonniers. Profitant du silence, Serge essaie de parlementer. Il n’en a pas le temps. Un petit couril, difforme, bossu, boiteux, se jette sur Armelle. La foule le suit. C’est alors la curée… La haine, la haine hideuse... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
12 novembre 2010

Une fuite échevelée

Soudain, la fermière de Lann-Braz débouche en courant sur la place, criant: — Ils sont là… ils sont là… Renvoyée chez elle par un mari encore lucide et soucieux de son honneur, allé avait, sur la route du Gag Noz, vu venir la Spitfire rouge et s’était, par des raccourcis, précipitée pour avertir le village. Dans le ciel passe un couple coassant de corbeaux, suivi d’un lourd nuage noir et d’un vol chaotique de passereaux. Un gigantesque sentiment de haine semble écraser la place. Aussitôt le silence se fit, les pétards ne... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
05 novembre 2010

Une fête de village

Dehors la foule sort des gargotes ; rouges, ivres, rotant la graisse des plats engloutis, pétant les gaz de la surabondance de nourriture trop riche, les hommes forment rapidement des bandes qui, gueulant, chantant, éructant des paroles définitives, parcourent les rues du village, interpellent les quelques femmes encore dehors, pelotent celles qui le veulent bien, troussent les filles de ferme qui n’ont rien à dire, injurient les autres, donnent des coups de pieds aux chiens et aux cannettes de bière vides. Ici et là, des... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 octobre 2010

Les remords de Wilfrid

Wilfrid reste seul… Il n’est pas très fier de lui, il lui tarde que les repas se terminent au restaurant du Roi Artus pour que la bonne monte lui faire oublier sa lâcheté… Seul dans cette chambre dont il n’ose sortir, désœuvré, il joue quelques instants à avoir des remords : il voit Serge, Robert et Armelle en haut d’un grand socle de granit, figés comme des statues, regard agressif et vengeur qui, d’un geste ample, noble, théâtral, solennel, le désignent de l’index droit à la foule des passants futurs. Poursuivi par des cris —... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
26 octobre 2010

Aveux de Wilfrid

Wilfrid d’Eurymédon, d’abord choqué par les insinuations malveillantes du receveur des postes, démentit formellement avoir vu ses amis se livrer à quelque orgie qui se soit. Avec une grande douceur dans la voix, le receveur lui déclara alors que l’Administration était très surprise de voir un fonctionnaire de son rang et de sa valeur, promis à un très brillant avenir, se compromettre avec les galopins du MRA et qu’il serait, peut-être, en tant que Rapporteur Départemental, obligé d’en référer à la Direction du Recensement... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 octobre 2010

Wilfrid a peur

Wilfrid risque, à tout moment de se faire mettre en prison… Et fallait voir dans quelle prison : A ras du torrent, les pieds toujours dans l’eau, sans lumière, englué dans l’odeur grasse et continue des égouts qui débouchent devant elle, aucun siège, pas de lit mais une paillasse crasseuse posée à même le sol de terre battue, une nourriture infecte et parcimonieuse, le bruit permanent des charrettes, chariots, voitures cahotant au-dessus de la tête… Et encore, ce n’est qu’un moindre mal, car il risquerait aussi de se faire... [Lire la suite]
07 octobre 2010

Agapes et inquiétudes

Retrouvant leur assurance, les villageois ont aussi retrouvé leur semi gaieté ; retrouvant leur apparente gaieté, ils retrouvent leur appétit. Aussi, après le discours du garde-champêtre, les auberges ne désemplissent pas, le cidre, frais ou bouché, coule à flot, l’andouillette se découpe en rondelles, les crèpes frémissent sur les plaque chauffantes, les œufs font des miroirs, l’anguille se laisse fumer… Tout fait ventre : c’est incontestablement un grand jour, celui de l’assurance retrouvée, de la légitimation de toutes les... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
03 octobre 2010

Atmosphère

Le village pavoise. Des habitants dévoués à la cause commune ont consacré une part de leur nuit à fixer, dans toutes les rues, tous les impasses, sentiers, chemins, venelles, avenues, drapeaux et banderoles aux couleurs de l’Argoat: le printemps fleurit en drapeaux, drapelets, fanions, guirlandes et rubans blancs, noirs, gris de toutes formes.La décoration du village installe une hystérie de fête, la journée de foire s’est, de façon inhabituelle, déroulée dans le délire d’autant que l’exécution du chien, exutoire traditionnel,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
12 septembre 2010

Meeting pour l'Argoat

IV° partie Là-dessus, la nuit vint, nuit mauvaise et sans lune où, jusqu’à l’aube, allait tomber la pluie de Zeus ; il soufflait sans arrêt l’un de ces grands zéphirs qui amènent de l’eau.Odyssée, Chant XIVHuelgoat, jeudi 30 mai, 18 heures 47 — Le désordre a maintenant assez duré… Le devoir des honnêtes gens est de s’organiser pour interdire efficacement toute nouvelle tentative d’agitation. À vous de prendre vos responsabilités, à vous de défendre votre tranquilité, à vous de protéger l’ordre public !Monté sur... [Lire la suite]