06 mai 2016

aux environs de Hyelzas, 14 h 35

La plaine ne se termine qu'au ciel. Il hait la ville qu'il ne peut se résoudre à quitter. La tranquillité du jour le surprend et l'inquiète. Ici ou là, les tiges sèches, friables, artificielles, de chardons secs surmontées de leur improbable touffe de coton inutile. Il est impuissant à maîtriser le magma de sensations qui se bousculent dans son esprit. Enchevêtrements de buissons épineux et amoncellements désordonnées de pierres protègent le paysage de la tentation de la civilisation. Comme les vivants il se nourrit des morts. Le... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

03 mai 2016

Une partie de pêche

C’est une matinée d’été, il est autour de six heures, des gouttes de soleil cascadent de feuilles en feuilles et se brisent sur les frétillements de la surface du ruisseau. Tantôt les pieds dans l’eau, tantôt sur les tapis d’herbes tendres ou de mousses, entourés du grésillement de nuées de mouches, nous marchons très lentement dans des odeurs fraîches d’herbes, évitons de faire du bruit, de perturber les oiseaux dont les chants intermittents se relaient comme pour signaler notre présence. Il fait extraordinairement beau mais le poids... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
02 mai 2016

Chaos

Par Félix Perry Sa grosse tête ridicule, qui se penchait d'ordinaire sur une épaule, les yeux à demi clos, se relevait, et ses regards étaient si larges et si clairs, qu'elle les voyait luire dans la nuit... Taanach et Enriqueta paraissaient de bons amis, dont les tempéraments raisonnables, un peu froids, sympathisaient... Mais la femme, cette paralytique que son mari n'osait laisser un moment seule et qu'il fallait rouler comme un paquet, où la mettre, qu'en faire?... Le ciel était gris, un brouillard montait du pavé ; Carolyn se... [Lire la suite]
27 avril 2016

le désir est une espérance impatiente

Ce qui  se passe dehors ne les intéresse pas ; l'air est saturé ce. Une voisine traverse la rue ; elle semble très pressée. Sur le pignon qui fait l'angle de la rue Chateaubriand et de la rue Radiguet, au-dessus du marchand de nouilles, un affichage Giraudy porte une immense affiche sur laquelle une jeune femme, à moitié nue se vautre sur une plage en lisant un roman Harlequin — un vent léger fait bruisser le maigre feuillage des platanes du square ; beaucoup de gens dans la venelle Jean-Pierre Balpe ; il semble que tout... [Lire la suite]
21 avril 2016

Elle se sent incroyablement seule

Elle regarde longuement ses ongles inquiéte avec l'envie de les ronger ; il y a nombre de militaires. Il y a nombre de militaires ; son regard est fuyant — elle voudrait parler à Charlus, mais ne sait pas comment s'y prendre... Elle est superbe. Son visage est rond, vilain, encadré par des cheveux très courts bruns — elle a des yeux en amande... Que peut-elle vouloir. Elle a des yeux en amande — elle feint de s'intéresser à un des tableaux du salon, s'en approche lentement et s'attarde dans un examen attentif de la toile — que... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
17 avril 2016

Il voudrait faire quelque chose

Le silence le renvoie à lui-même. Il voudrait faire quelque chose ; le soleil tourne lourd — exhalaisons de décomposition de la terre et des feuillages. Puanteurs extrêmes. Griffon jette des cailloux contre sa tristesse — Avon est ahurie d'espace. Des prairies jaunes. Dans un pré, un cheval stoïque, broute solitaire ; puanteurs — il lui faut apprendre à marcher debout. Le monde est en dehors de lui. Le soleil flambe... Les labyrinthes d'Algor sont aussi chaotiques que ceux de son âme. Trémainville est pétrifiée d'espace. L'espace... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 avril 2016

Admiration

Par Violante Fitzsimmons Tout ça ne ressemblait pas plus aux cavalier français s que je vis à l’œuvre qu’un poupard de carton ne ressemble à un être humain. — Nous ferions mieux de suivre cette sente, vers l'est, fis-je... Quel étrange esprit que celui de l’homme ! L’espèce entière était menacée d’extermination ou d’une épouvantable dégradation, nous n’avions devant nous d’autre claire perspective que celle d’une mort horrible, et nous pouvions, tranquillement assis à fumer et à boire, nous intéresser aux chances que représentaient... [Lire la suite]
14 avril 2016

La vie quotidienne

Soeur Angla raconte les miracles dont elle a entendu le récit : " les reliques sont accueillies avec des chants, des parfums, des cierges — Avit mit fin à un orage avec un fragment de la croix du christ. Toucher des reliques est le meilleur remède contre toute maladie. Un jour un aveugle vint à la rencontre de Sainte Lioba qui traçant une croix sur ses yeux lui rendit la vue. Les miracles sont une manifestation concrète de la puissance et de la réalité de dieu ; au milieu d'une nuit profonde, Saint Pierre vit soudainement le monde... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
09 avril 2016

Divine surprise

Dis: je le désire. Discrétion assurée. discutant à quelques pas d’elle quand, émergeant de la presse des convives, un officier de la légion s'avance, nonchalamment, comme s'il n’était guidé que par le seul hasard, s’approche du groupe, demande négligemment. Disons dix heures pour laisser aux pensionnaires le temps de digérer leur réveillon!. Disons qu’il représentait une commodité affective: toujours disponible, il était celui dont le nom venait spontanément aux lèvres lorsque l’on cherchait quelqu’un pour combler un vide. disons... [Lire la suite]
03 avril 2016

L'homme à tête de loulou

Gilberte Norpoi L'homme à tête de toutou baise ses seize observations à la reconnaissance de l'eau ; puis parle longuement contre l'humour ; l'homme à tête de toutou répertorie la guerre de l'est, en poussant des espérances, obstrue la peur et forme de sa passion un réel naturel. L'homme à tête de toutou est le plus beau de tous ; l'émotion de l'intimité attache autour de la mort sa grande blessure, retient une tromperie d'observation qui pend derrière l'indolence. L'homme à tête de toutou est sûr maintenant avoir failli dans la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,