10 mars 2017

Le quotidien et la gloire

Né en 1922, ma vie a traversé un monde de crises et de guerre. Pas une année où il n’y ait une guerre, souvent plusieurs, massacrant sans la moindre hésitation des hommes, des femmes, des enfants, dans un territoire ou un autre. Pas une année où une crise n’a pas tué, déplacé, martyrisé moralement et physiquement des êtres qui ne demandaient qu’à suivre, le moins mal possible, la trajectoire de vies modestes. J’ai essayé, en vain, d’y échapper. Jugeant que l’homme était un animal déséquilibré, je me suis mis le plus possible à l’écart... [Lire la suite]
Posté par hodges à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 janvier 2017

Un amour de campagne

Je n’ai jamais été marié. et je crains n’avoir connu en amour plus de déceptions que de satisfactions et trop inquiet de l’avenir, je n’ai jamais voulu avoir d’enfant, pourtant ma vie sentimentale et amoureuse a été riche, plusieurs fois j’ai aimé et j’ai été aime. Mon premier amour sérieux, sûrement construit sur le désœuvrement, la solitude et le vide intellectuel absolu de La Roche fut celui que j’éprouvais pour Sophie l’institutrice du village. Tout nous poussait l’un vers l’autre t, chaque jour, il me tardait que l’école ferme... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 janvier 2017

je n’ai plus guère de conversation

Quand je me regarde dans une glace et que — un peu incrédule — je vois le visage ravagé d’un vieil homme au regard perçant creusé sous d’épais sourcils blancs, aux rides profondes au-dessus d’une barbe blanche qui le font se rapprocher lentement des cercopithèques neglectus, je ne peux m’empêcher de revoir le visage poupin du garçonnet sourient assis sur la brouette blanche dont je me souviens même si je ne sais plus où elle était ou celui du jeune homme séduisant dans son costume prince de Galles… Parvenu au niveau du grand âge qui... [Lire la suite]
Posté par hodges à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
02 septembre 2016

L'exil à La Roche

Bien que ce soit une évidence, il nous est difficile d’accepter de convenir que, quand nous disparaîtront, le monde continuera à tourner et que nous n’y laisserons aucune trace car nous ne concevons le monde qu’au travers de notre propre conscience et il nous paraît tout naturel de penser que celle-ci fait partie du monde et que notre mort ne pourra que l’affecter. Pourtant, il n’en est rien ? Nous le savons et nous ne le savons pas ; nous le savons mais au plus profond des cellules de notre cerveau, dans les fibres de nos... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 juillet 2016

Fuite de la guerre

Je n’étais ni croyant ni mystique mais cette prophétie m’avait marqué et j’avais besoin d’y croire. Nous étions en 1941 et j’avais dix neuf ans. Le Nord de la France était occupée depuis déjà plus d’un an et chacun sentait bien que la situation n’était pas prête de s’arranger. En 1942, entrant dans ma vingtième année je devrais aller pour huit mois dans un chantier de jeunesse et nous savions tous que cela risquer de se transformer en deux ans de travail obligatoire en Allemagne dont déjà nous revenaient quelques cadavres tués par des... [Lire la suite]
20 juin 2016

Désir d'amnésie

De temps en temps, quand la météo est maussade ou mauvaise, je me réfugie dans le passé car l’avenir ne présente désormais plus pour moi qu’un horizon d’attente proche. Je fouille alors au hasard dans la masse de documents divers — brouillons, manuscrits achevés ou inachevés, coupure de presse, caisses de photographie — qui ont lentement transformé ma mémoire et ma maison en une vaste brocante où je me perds. Cette fouille fait inévitablement remonter à la surface des événements plus ou moins oubliés mais, de toutes façons... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 mai 2016

la prophétie de Sainte Odile

Mais revenons à 1939, année de mes dix sept ans où, peut-être pour feindre d’ignorer les malheurs politiques qui rôdaient autour de nous, j’écrivais ces pages si bucoliques de mon enfance, ou plutôt de mon enfance comme je souhaitais la représenter. Je n’avais pas alors de problème de mémoire. même si ma mémoire tendait déjà à être davantage imagination que souvenir. À cette époque-là, se répandait un peu partout la prophétie de Sainte Odile, sainte Alsacienne qui, bien qu’écrite au septième siècle annonçait la guerre et la fin de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 mai 2016

quelque chose comme une initiation

Pourtant je n’ai rien oublié de cette première journée de pêche dont chaque minute m’est aussi présente à l’esprit qu’un film. Ébloui et admiratif, dans ce monde magnifique mais qui me semble néanmoins cacher quelques dangers comme cette vipère qui traverse devant nous la rivière, la tête légèrement hors de l’eau nageant d’un mouvement sinusoïdal ou ces bruits mystérieux de frôlement que l’on entend parfois dans les herbes et les buissons, je suis pas à pas mon grand-père qui me paraît alors quelque chose comme une divinité des eaux... [Lire la suite]
Posté par hodges à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
16 mai 2016

Je perds la mémoire

Je perds la mémoire. Lentement, inexorablement, comme dans un vieux meuble où les petites vrillettes creusent leurs galeries, je sens que des trous se forment dans mon cerveau : je perds des mots. Je sens qu’ils sont là, quelque part mais je ne peux les retrouver et chacune de ces pertes m’est une souffrance car je m’obstine à essayer de les penser, les cherchant désespérément, m’efforçant de penser leur absence plus présente que leur présence même et cela me prend des heures, des heures où je ne parviens qu’à combler ce manque,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
03 mai 2016

Une partie de pêche

C’est une matinée d’été, il est autour de six heures, des gouttes de soleil cascadent de feuilles en feuilles et se brisent sur les frétillements de la surface du ruisseau. Tantôt les pieds dans l’eau, tantôt sur les tapis d’herbes tendres ou de mousses, entourés du grésillement de nuées de mouches, nous marchons très lentement dans des odeurs fraîches d’herbes, évitons de faire du bruit, de perturber les oiseaux dont les chants intermittents se relaient comme pour signaler notre présence. Il fait extraordinairement beau mais le poids... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,