06 août 2013

De Ray Dupont à Isadora Underhill

Votre lettre m'apprend que vous avez pensé à moi, une autre journée est passée depuis ma dernière lettre. Chère Isadora, je ne veux rien savoir ni de dieu ni du savoir que chacun a de dieu. Je suis sans dieu, ne prenez pas garde à mes paroles qui sont frêles, telle est la violence de l'amour - il m'est impossible de vous parler sans vous dire que je vous aime; tout me dit que je ne devrais pas vous aimer - les mouvements de mon cœur ne sont pas soumis à la réflexion, puissiez-vous m'aimer assez pour m'empêcher de vous haïr un jour,... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 février 2011

D'Isadora Underhill à Garlan Lennon

Garlan, je vous adore vous… que vous dire Garlan; vous seul me tenez lieu de tout, je ne pourrai jamais acquérir la plénitude - jamais je n'ai aimé comme je vous aime; ne prenez pas garde à mes paroles qui sont paralysées et qui peuvent être nuisibles; vous ne pouvez me voir mourir sans être touché; j'ai la certitude de ne pouvoir vivre sans vous. Les grandes passions s'expriment confusément - je voudrais réinventer la terre, l'air ou le feu sans jamais être paralysée par leur beauté. Quelque chose brille... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 février 2011

De Saniette Gaillardon à Ronald Cline

Mon cher Ronald mon amour n'a point de limites; journée froide et grise; vos avions strient la surface du ciel. Je sais l'inutilité fondamentale de la parole, ma perception de la réalité a l'accent du sentiment. S'il y a quelque chose qui m'empêche d'être crue quand je parle de passion c’est que les pourquoi sont toujours diaboliques; il est bien plus facile de prouver que des incidents n'ont pas eu lieu que le contraire - je tremble d'amour quand je pense à vous - l'esprit n'imite pas toujours les expressions du cœur, une ... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 janvier 2011

D'Isadora Underhill à Jackie Mellencamp

Jackie, je vous prie de ne plus voir Sandra - je me sacrifierais pour vous, je cherche où aller. J'ai une satisfaction secrète à penser que vous aimez moins que moi, j'ai encore pourtant la volonté de me maintenir vivante, vous êtes mon présent et mon futur, croyez moi digne de votre confiance - chaque jour je voudrais vous voir. Se peut-il que je m'aveugle; si tostemps viu - si - (aussi longtemps que je vivrai je vous obéirais) tostemps dirai vostres comans - de quelle belle façon, votre lettre est venue... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 janvier 2011

De Monsieur Roman à une inconnue

Mon amour, je ne sais pas écrire une lettre d'amour. Del cor sospire, ciel de plomb - il y a une étrange cohue dans ma tête; je meurs où vous n'êtes pas. Quand il m'arrive d'affirmer ce que je sens, ce que j'exige de moi, ce que je pense, vous ne m'entendez pas… pourquoi votre bonté se dément-elle un jour; quand je vous contemple, quand mes regards vous dévorent, quand chacun de vos mouvements porte le délire dans mes sens, un geste de vous me repousse et me fait trembler, tout cela est vrai, je parle de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 décembre 2010

D'une inconnue à Monsieur Roman

Je vous supplie, mon héros, que je vous puisse parler aujourd'hui, à quelque heure du jour - non es meravelha s'eu chan, une lettre d'amour bien employée peut peut-être révéler les endroits les plus secrets du réel, je parle de vous aux murailles de ma cité… chaque minute qui passe je vous aime davantage, vous tenez mon être dans votre main comme dieu tient sa créature, dans le ciel, les nuages écrivent votre nom; je suis en mauvaise santé - tout se referme - ne serais-je jamais maîtresse de votre coeur, pourquoi faut-il qu'il... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 novembre 2010

De Roberte Bréauté à Hiraku Fumiko

J'aime; je vous aime, vous; je ne m'attendais pas, Hiraku, à vous écrire encore et encore… j'aimais et j'aime davantage… les rues sont des caméras… je n'ai pas assez dans la journée d'instants pour penser à vous, mes lettres sont-elles autre chose que des fumées, je sens ce que je n'ai jamais senti, ne vous ayant jamais connue que sur des récits belliqueux, je vous ai crue acerbe, je sais désormais qu'il n'en est rien, je vous aime de toute mon âme… je vous aimerais jusqu’à ma mort - je vous aime comme le premier jour, je suis... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 octobre 2010

De Lila Downs à Eduardo Mendoza

Je vous ai écrit passionnément; vous m’écrivez agréablement; moi Lila, j'erre autour de Saint-Aignan-le-Jaillard sans ne plus savoir où aller… je me damnerais pour vous; je déteste faire des histoires; si vous m'aimiez, je trouverais mes excuses dans votre cœur - bifurcations, j'ai encore pourtant la volonté de me maintenir vivante - pourquoi avez-vous la dureté de ne rien me dire. Se peut-il que vous ne me donniez jamais un sujet de bonheur, souvenez-vous que je vous aime. Laissez moi la volupté de croire que vous n'avez pas... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
10 octobre 2010

De Tryphena Walter à John M. Balpe

Je suis prête à me ruiner pour vous; que vous dire John. Je suis au désespoir - de dezir mos cors no fina - je crève de désir, faudrait-il que, par amour, je me taise; vous m'avez fait injure lorsque vous avez douté de la vérité de mes pulsions… j'ai l'assurance absolue de ne pouvoir vivre sans vous… ne vous méprenez pas mon amour est aussi extrême qu'il est aigu; je vis dans les illusions de l'urgence… mon roman préféré n’est-il pas "La Princesse de Clèves". Ce n'est que dans un amour comme le mien qu'on peut goûter... [Lire la suite]
22 septembre 2010

De Saint Loup à Edwarda Jancarza

Je suis au désespoir, Edwarda… Comment pourrais-je, Edwarda, ne pas penser à vous, je veux juger des pensées que vous avez pour moi - je ne retiens aucune leçon… je n'ai jamais rien tant aimé que vous; je vous aime trop pour risquer de vous perdre - un seul de vos regards détruit toutes mes hésitations - je n'ai rien à dire que vous ne sachiez.Reconnaissance d'erreurs et… foutaises… discuter avec mes êtres intérieurs, les absents comme les morts; je rêve de vivre sans jamais revoir Andrea. Mon regard se perd souvent dans mon... [Lire la suite]