01 juin 2016

Il attend quelque chose

Il a tout son temps. Quelque chose doit se produire…. Il attend quelque chose, ne sait quoi, mais attend…. Il faut se méfier de ça, et bougrement, même. L'heure tourne. Il pense les vies grevées de peur, les désespoirs si longtemps tus dont se fait cette nature égoïste. Les morts se relèvent pour lui. La vie que l'on ne soumet pas à l'examen ne vaut pas la peine d'être vécue. Le silence l'attire-lui fait peur…. Il pense que les hommes ont abandonné les contrées où la vie était dure car ils avaient besoin de chaleur. Il attend quelque... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06 mai 2016

aux environs de Hyelzas, 14 h 35

La plaine ne se termine qu'au ciel. Il hait la ville qu'il ne peut se résoudre à quitter. La tranquillité du jour le surprend et l'inquiète. Ici ou là, les tiges sèches, friables, artificielles, de chardons secs surmontées de leur improbable touffe de coton inutile. Il est impuissant à maîtriser le magma de sensations qui se bousculent dans son esprit. Enchevêtrements de buissons épineux et amoncellements désordonnées de pierres protègent le paysage de la tentation de la civilisation. Comme les vivants il se nourrit des morts. Le... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
23 février 2016

La Volpillère, 9 heures 30

Etre toujours aux commencements !…. Ici personne n'a honte des sentiments les plus secrets. Il sait aussi la pureté du silence. Il a la nostalgie au cœur. Un oiseau qu'il suit du regard, le chemin qui continue et se perd dans l'espace, le remplissent d'un sentiment d'évidence pensive. Dans ce paysage, l'homme dérange. Il souffre de toutes les choses et, souffrant d'elles, en jouit. Quelque chose le porte en avant. Les collines sont comme dévorées par la lèpre verte-orangées des buissons de buis. Où trouver dans le passé des... [Lire la suite]
27 décembre 2015

Il cherche l'assurance de demain

Il lui semble entendre la pulsation du monde. Il pense qu'il n'existe pas de droit particulier au bonheur, ni davantage au malheur. Il va au hasard dans une grande confusion…. Il est difficile de vivre avec les hommes car il est difficile de garder le silence. Les lointains sont veloutés. Un peu plus, un peu moins, c'est beaucoup, c'est même l'essentiel. L'appel du silence est le seul qui mérite d'être écouté. Il regarde autour de lui. Il voudrait compter l'infinité des pierres des murs. Les choses ne lui sont pas muettes. Dans la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
17 novembre 2015

Entre Anilhac et Caussignac vers 15 heures

Il sait les paroles mortes. Comme de vieux plumets dérisoires, des silhouettes d'arbres malingres soulignent les crêtes des collines. L'espace s'entoure d'espace. Il aimerait savoir tout réinventer. La terre a ici une pudeur extrême. Les herbes, parcimonieuses et fragiles, se protègent. Les passions qui l'entourent lui montent à la tête. Trop absurdement profondes, les vallées sont autant de frontières. Vers où sont-ils allés. Le paysage se parle dans sa tête. De petits nuages passent dans le ciel du soir, par groupes de deux ou... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
30 septembre 2015

Entre Toulousette et le Mas de Val, 14 h 21

C'est maintenant qu'il est chez lui ! Il voit tous ceux qui ont nourri son enfance de paysage, de ciel et de terre. Il n'arrivera rien. De ci de là, des pierres torturées poussent comme de petits pins malingres. Aux petites forêts de pins que le sentier traverse parfois, il préfère le paysage dévêtu. Il pense à son enfance. Il lève les yeux vers le ciel. Quelques timides pépiements d'oiseaux éclaircissent ça et là le ciel. Tout meurt, tout refleurit, le cycle de l'existence se poursuit éternellement. Le paysage s'effondre dans une... [Lire la suite]

06 août 2015

Près du menhir du Fraïsse, 9 heures 55

Peut-on arrêter le temps qui passe. La solitude s'éprouve ici comme une force. Un nuage de passereaux virevolte. Les morts vivent en lui. Le temps est devenu tout mou. Dans la vie, le mystère est si simple !. Rien ne le justifie. Il voudrait faire quelque chose. C'est le beau silence. Rien, l'agitation en lui-même, les minutes, les secondes, le vent. Il aspire à l'éternité mais préfère encore son temps. Sa peur est inaccessible. De déconcertantes images s'agitent dans son cerveau. En son cœur se mêlent le bonheur et la peine. L'espace... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
30 mai 2015

Aux approches de Hyelzas 14 h 54

Une haute herbe jaunie souligne la lisière lointaine des forêts. Il doit se mettre en garde contre lui-même. Si le monde était éternellement indifférent à notre présence, insensible à nos actes, ailleurs …. Posés ça et là comme des pièces d'échiquier, des pins minuscules creusent l'espace. Il y a là quelque chose de précaire, d'incertain. Sa gorge est douloureuse de cette langue qui ne sait se dire. Quelques rares chardons sont le seul ornement de cette campagne aride. Parfois le vent fait tout d'un coup entendre comme un son grave de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
10 mars 2015

toute seconde enferme le temps complet

Qu'il soit ici aujourd'hui, demain ou qu'il ait pu y être hier n'a pas grande importance, toute seconde enferme le temps complet et pour cela ignore les hommes. Il pense que tout ce que propose la civilisation, tout ce qu'elle apporte, rien n'est rien si les hommes ne comprennent pas qu'il est plus émouvant pour chacun d'eux de vivre un jour que de réussir le progrès technologique. Les jours commencent et finissent dans une heure trouble de la nuit. Il va falloir quitter tout cela. Apeurées, prêtes à fuir, les brebis lèvent un instant... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 février 2015

À l'approche du mas du val vers 15 heures

Il sait aussi sa peur de la peur. Il est de plus en plus surpris par l'effet que produit en lui cette chose qui ne cesse de le pénétrer. Certains persévèrent alors que les autres changent. Il a trop longtemps appartenu à la solitude et ainsi désappris le silence. Il laisse les vieilles images du passé se dérouler dans sa tête. Le silence le renvoie à lui-même. Les mots s'entrechoquent dans sa tête. Il pense qu'autour de ces plateaux pauvres et desséchés, les vallées offrent généreusement la multiplicité de leurs verts. Les morts... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,