18 septembre 2016

Incertitudes

Depuis des jours et des jours qu’il traîne ainsi dans la ville, il doit s’avouer qu’il n’est peut-être plus très sûr de son choix de rupture. A-t-il bien compris ce que disaient les interlocuteurs au restaurant ? Est-il bien sûr que sa société s’apprêter à vendre des tonnes de médicaments dangereux car frelatés au travers d’une série de sociétés-écran difficilement traçables et contrôlables pour le marché africain ? Il a bien entendu ça, mais a-t-il vraiment tout compris de cette conversation dans les bruits d’un... [Lire la suite]
Posté par hodges à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 mai 2016

Parfois il prend le métro

Il n’a rien d’autre à faire que marcher au hasard dans la ville étonné de découvrir encore des fragments d’espace qu’il estime n’avoir jamais vu. Pourtant il regarde tout, surveille tout, se demandant à quel moment quelqu’un, quel instrument technique repérera son passage. Il sait que cela ne saurait tarder, qu’il a sûrement été repéré ici ou là, que des individus s’efforcent à partir de là de repérer ses parcours aussi en change-t-il constamment se disant que l’immédiateté, le mouvement permanent, est sa seule chance de leur... [Lire la suite]
07 janvier 2016

Cauchemar

Un cauchemar l’éveille dans l’hôtel improbable où il a passé la nuit dans une proche banlieue et où personne, si ce n’est l’argent à verser avant d’obtenir les clefs de la chambre, ne demande rien à personne. Ça sent vaguement le moisi. Il y a des bruits d’eau et de chasse d’eau. C’est certainement l’aube. Au-dessus de lui quelqu’un tousse d’une toux très grasse, se râcle la gorge avec insistance, crache… Sa femme est dans leur chambre, un mouchoir ou un tissus quelconque enfoncé dans la bouche, elle ne peut ni crier ni parler mais... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
06 janvier 2016

Romans

Il a tant lu de romans policiers où des affaires qui paraissent banales deviennent au fil des pages des complots internationaux mêlant p§gres de toutes sortes, mafias de tous pays, multinationales, individus pervers, sadiques, tortionnaires, assassins au sang froid et sans scrupules. Il a dans sa mémoire les images de films où les familles de responsbales d’entreprises qui, comme lui, ont surpris un secret qu’il n’aurait pas dû connaître sont décimées, dont les femmes et les enfants sont torturées, parfois découpés vivants en morceaux... [Lire la suite]
12 mai 2015

l’odeur des croissants chauds

Pourtant il lui faut faire face à ses désirs, ses doutes, ses tergiversations. Il traverse un square où des groupes d’adolescents jouent au football : une envie énorme de revoir son fils aîné, le serrer dans ses bras, le prendre par les épaules lui noue la gorge, l’oblige à fermer les yeux, à maîtriser des images qui l’envahissent. Plus loin, c’est une petite fille, accompagnée de sa mère qui mène une poussette où sa poupée est enveloppée dans une couverture miniature multicolore ; ou une jeune femme en robe d’été légère… Sa... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 avril 2015

Sa ville

Tant sa façon de l’habiter a changé, la ville, qu’auparavant il connaissait si bien, lui devient peu à peu étrangère comme s’il l’inventait au fur et à mesure de l’errance de ses jours. Autrefois — il y a pourtant si peu de temps — c’est en vainqueur qu’il la domptait avec les coups de fouet de son compte en banque n’y trouvant que des offres que ses revenus lui rendaient accessibles, que des lieux où il était reconnu, d’autres où son assurance et ses certitudes ne lui valaient que des sourires. Il y était chez lui, c’était sa ville.... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 janvier 2015

Jouissance de l’inaction

Le temps passe… le temps a passé ; il ne sait plus exactement depuis combien de temps il rôde ainsi dans le labyrinthe de la ville et de ses banlieues. Il va au hasard. Parfois il reconnaît, il lui semble reconnaître un lieu où il serait déjà passé, un graphiti, une devanture, un nom de rue mais il y a tellement de Général De Gaulle ou de Max Weber qu’il n’est pas sûr de se tromper de commune. Il se dit chaque jour qu’il pourrait peut-être, maintenant, essayer de rentrer chez lui qu’il aura été oublié des cadres de son ancienne... [Lire la suite]
Posté par hodges à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
28 décembre 2014

Un café

Fatigué… Il est fatigué de marcher tous les jours, tout le jour, d’errer au hasard dans les rue de cette ville immense où il a la plus grande chance de passer inaperçu. Fatigué, il entre dans un café quelconque d’une rue quelconque situé de façon improbable quelque part dans les entrailles de la ville. Un café minable, fatigué lui aussi avec ses affiches réclame sur la porte d’entrée vantant de quelconques magazines pour hommes seuls. Les murs intérieurs sont jaunâtres, le comptoir est recouvert de vieux zinc tout cabossé, tout... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 septembre 2014

banlieues

Il marche. Tous les jours il marche presque tout le jour. Il ne prend jamais les transports en commun, redoute les caméras de vidéo-surveillance, se dit qu’on ne sait jamais, se dit que dans la société où il vivait et à laquelle il essaie maintenant d’échapper, tout est sous contrôle. Que tout prétexte est bon pour accroître le contrôle et les instruments de contrôle. Il ne peut être sûr de rien. Il marche. À chaque carrefour il se demande dans quelle direction aller et si ses choix lui semblent la plupart du temps irrationnel, ses... [Lire la suite]
Posté par hodges à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 août 2014

le journal

C’est l’aube, une aubre très brumeuse, froide. Il traîne sa valise à roulettes dans les rues humides, se demande ce qu’il va en faire. Il a quitté ce matin très tôt (la nuit n’était pas encore terminée), le petit hôtel minable d’une rue inconnue où il s’est installé la veille à la tombée de la nuit. On ne lui a rien demandé, il a payé en liquide en retenant la chambre. Le semi-vieillard qui, derrière le comptoir, parcourait les pages des courses du journal local en notant des chiffres sur un chiffon de papier, l’a à peine... [Lire la suite]
Posté par hodges à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,