24 septembre 2014

le désir nous écartelait

le soleil était superbe (aspiration de la chair) la journée foutait le camp comme mon foutre le désir nous écartelait je me souvenais de l'homme qui t'accompagnait cingler à vers et à sang je me roulais dans la prairie nous nous vautrions dans les odeurs consommateurs insatiables de chair petit bunker du c… (elle portait un masque) topologie amoureuse infimes joies membre si finement ggainé dégainé (j'avais essayé de voir) goût acide des chairs humides elle était dans l'obscurité vulve sans cerveau Incestes du désir nous fouillions... [Lire la suite]

19 septembre 2014

obsession

obsession (je me souvenais de l'homme qui m'accompagnait) la lumière était une peau arc et flèche a trip super with a fresh sex rosse labbra elle me suçait la langue traçant des idéogrammes de sang je collais mes lèvres au ventre elle jouait les charmeuses de serpent (vert sur vert) expérience de la plénitude le désir nous écartelait sexe comme une gigantesque pâquerette (je n'étais que chatte et vit) je me roulais dans sa prairie imago bouillante investie dans le bleu de l'œil (fleur purpurine du con) ses dents mordillaient mon pénis... [Lire la suite]
09 juin 2006

Un dialogue muet des corps

Le peintre est pétrifié: le corps qui s’est dévoilé l’a saisi par sa plénitude, sa sensualité. Ses crayons animent sa toile. Des formes dynamiques s’y esquissent. Mais il n’arrive pas à comprendre la joie qui illumine maintenant le visage de la jeune femme.Comme une stripteaseuse, sans quitter le peintre des yeux, elle glisse un doigt dans la ceinture, se penche, fait doucement glisser le slip sur ses jambes. D’un simple mouvement des jambes, elle projette ses chaussures vers lui. Alors elle ferme les yeux, se cambre vers lui... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 mai 2006

Elle montre son slip de dentelle pourpre

La jeune femme commence par défaire ses cheveux, les secoue comme une crinière. Il a l’impression qu’elle est particulièrement lente à se déshabiller, qu’elle attend qu’il la regarde, qu’elle désire qu’il apprécie à leur juste charme chacun de ses mouvements. Alors, il la fixe avec assurance, comme s’il commençait, crayon en main, à étudier son corps.Maintenant la jeune femme a d’abord déboutonné sa veste, lentement comme si elle comptait les boutons, elle en a caressé le tissu. Un simple geste a dégagé les épaules, révélé l’absence... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 mai 2006

Tout peintre observe son modèle

La jeune femme craignait que le peintre s’indigne; mais l’étude du nu est une des bases de son travail, ses travaux l’ont tellement habitué à la nudité qu’il sourit de cette timidité. Il ne trouve rien d’étrange à cette demande.Et puis… cette jeune femme est si belle… Usant du droit du peintre à observer son modèle, il la fixe avec attention, étudie la couleur violette de ses yeux, le léger duvet blond qu’elle a sur le lobe des oreilles, la courbe parfaite de son visage. Elle a un air de nymphe, avec quelque chose... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 mai 2006

Faire un portrait

Soit un peintre.Il a à faire aux corps, aux mouvements des corps, à leur énergie, aux formes qu’ils déplacent. L’anatomie est son affaire, la représentation sensible du corps.Un soir — il est en train de peindre une nature morte — on frappe à sa porte… une frappe légère, timide.Il va ouvrir. C’est une très belle jeune femme, très élégante, un peu rougissante, elle semble embarrassée. Elle lui plaît aussitôt.Elle ne lui demande rien, entre dans l’atelier. Elle ne quitte pas le peintre des yeux comme pour le jauger, ne regarde pas... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,