01 août 2006

Il aime toujours le mot amour

Ses mots n'existent que dans l'ensemble complet de leurs relations formelles: masque, frasque, musc, mascotte, muscat, mescaline, mascara, mascaron, mascaret, vasque, flasque, basque… fantasque… parfois il s'enivre dans leur alcool. Des yeux absents, derrière l'absence froide des yeux, perce un regard violent comme une lame. La démarche de "Diane"… Tout l'énigme de sa marche énervante, splendide, belle tendue vers sa victime. Il ne connaît du monde que ses mots : les mots non dits sont des pages vierges de silence.... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 juillet 2006

Commencer

Il lit:La mémoire des mots, N°105Tout texte demande un début, un mot initial… Lui aimerait savoir ce qu'est l'amour. La journée est merveilleuse mais l'important est dans le regard, non dans ce que l'on regarde.Comment dire? Il doit commencer. Il le doit! Ses mots se battent toujours… Il ne sait pas trop ce que sont les mots, il sait qu'il les utilise, qu'ils ont une forme, une longueur, une sonorité… et encore?… Il ne sait pas très bien ce que cela signifie, il ne sait même pas vraiment ce que "signifie" signifie. Il doit... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 juin 2006

Hésitation sur les mots

La mémoire des mots, N°104Même réaliste, tout récit se construit sur d'autres critères que ceux du réel lui-même. De leurs fenêtres, de nombreux photographes mitraillent la foule. Ça ne colle pas bien, il hésite entre ses mots… Un loup bipède, bave à la mâchoire, viande sanguinolente à la main, poursuit, de ses assiduités obscènes tout ce qu'il juge être une femme. Il n'a pas de raison profonde de choisir «Prince» plutôt que «Cosaques», car si le réel, d'une certaine façon, le guide, il dispose d'une large marge d'autonomie… A cause... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 juin 2006

La mémoire des mots

"Quand s'approche la fin, écrivit Cartaphilus, il ne reste plus d'images du souvenir, il ne reste plus que des mots."Jorge Luis Borges. L'Immortel (L'Aleph)D'abord, généralement en début de soirée, il se déshabille, ne mettant que son pantalon de pyjama il reste torse nu, se verse avec gourmandise un petit verre de williamine, programme quelques disques de musique classique — «sonate pour violon et piano» de Chostakovich, «concerto grosso N°2» de Schnitke… — feuillette quelques ouvrages récents, regarde, sans but... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,