18 novembre 2005

19 heures 30 : ferme de Mercoire

Bréauté est là et ce n'est l'affaire de personne de se préoccuper de sa présence: rien n'existe ici que par le silence. Devant lui la roche s'arrête brusquement, tombe à pic; des sapins contorsionnés s'accrochent au bord… Il se promet de ne pas être dupe de toute cette beauté, de la force apaisante des lignes, il s'oblige à penser à la mort que cela représente aussi, mais, malgré lui, une tranquille plénitude le gagne, il parcourt l'immobilité, écoute le vent. Dans son esprit échauffé par des bouffées de souvenirs, passé et... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 novembre 2005

Vers une chronologie aléatoire

Une autre solution était, ces mathématiques n’étant pas adéquates, qu’il décrétât lui-même de nouvelles lois. Plus exactement qu’il puisse définir un système qui, tenant compte des mois lunaires, des mois solaires, des jours solaires physiques, des jours solaires moyens, des compensations temporelles périodiques, lui permettrait de concilier l’inconciliable. Il s’y attela. Quand il décéda, rongé d’angoisses, usé par les tranquillisants, l’horloge de son site affichait un temps aléatoire: l’année était 4321, la mémoire des faits... [Lire la suite]
Posté par hodges à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 novembre 2005

18 heures 30 : sur le chemin de Crosgarnon

Buis jaune… Les rencontres se réduisent ici à peu de choses, parfois un chercheur de champignon silencieux, quelques oiseaux lointains, au détour d'un bosquet un écureuil fuyant sur une branche, un lapin de garenne affolé… dans ce paysage, l'homme dérange : il a marché des heures sans rencontrer âme qui vive, il a besoin de rêver. Souvenirs, lumière, flâneries… Que ce soit trop plein de soleil, pluie ou brouillard, l'espace se dilue dans l'espace et c'est bien peu de choses. Il ne veut pas se laisser gagner par un lyrisme trop... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 novembre 2005

Les systèmes calendaires

Ce choix apparut à Bréauté tout de suite frustrant: passer si près de l’an 10000 sans avoir la possibilité de connaître une différence de millénaire si symbolique car permettant d’augmenter ses dates de décès de deux chiffres au lieu d’un ne pouvait le satisfaire. Il estima raisonnable, dans le contexte médical, de penser que le changement de date devait se dérouler avant ses soixante-dix ans. Dans ce cas, l’an 10000 correspondrait à ses soixante-dix ans et sa naissance aurait eu lieu en l’an 9730. L’esprit humain est ainsi fait... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 novembre 2005

17 heures 30 : de Saubert à Hures la Parade

Ce désert est habité de calme, le décor se met en place : sa mélancolie vient de la lucidité du cœur. Il hésite entre plusieurs solutions et il a peur de regarder en lui : "Laissez-moi vous dire comment vous devez être aimés !" Il accuse, attend, observe, s'éloigne. Il est l'amant des douleurs, l'amant du bonheur. Il doit tenir bon. Il aime les mots lavés par la pluie, usés par le soleil. L'heure tourne. Peu de choses: glaise, vert-noir… 18 heures : vers CavaladetteIl a perdu l'habitude de contempler ce monde, perdu la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
01 novembre 2005

Les calendriers

Bréauté déduisit de ses réflexions du 29 octobre que son problème était simple: il lui était facile de changer de millénaire à condition d’adopter un autre système calendaire. Ainsi, s’il adoptait le calendrier romain, il se trouvait en 2726 — choix qui, tout en l’obligeant à ajouter en années deux fois le nombre de jours d’une année lunaire, ne pouvait être une bonne solution deux étant un nombre vide —, ne satisfaisait toujours pas à sa contrainte initiale. En aucun cas, en effet, il ne pouvait revenir en arrière. La seule... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 octobre 2005

Mapping time

Attendre semblait impossible à Bréauté : en 3000, au mieux en 2999, il aurait plus de mille ans. Mathusalem lui-même n’avait pu atteindre cet âge. Que la médecine n’ait cessé de progresser depuis sa naissance, que la durée moyenne de vie de la population européenne se soit allongée, était indéniable mais, même si envisager de devenir centenaire n’était plus utopique, il n’avait aucune illusion quand aux découvertes qui permettraient de décupler son existence. Il valait mieux ne pas y songer, envisager plutôt de voir le ... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 octobre 2005

Bréauté s'épile le nez

« O temps suspends ton vol ! et vous, heures propices,Suspendez votre cours !Laissez-nous savourer les rapides délicesDes plus beaux de nos jours ! »Alphonse de Lamartine, Le lac.Bréauté s’épilait le nez quand cette envie lui vint. Ce n’était pas surprenant: les envies les plus obsédantes lui advenaient dans ses moments les plus détendus lorsque, s’adonnant à des tâches subalternes, son esprit restant disponible au plus profond de lui-même laissait ses désirs les plus originaux accéder au jour, ceux que, dans d’autres... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 octobre 2005

16 heures 15 : la Bégude blanche

Tout se mêle dans la confusion, Bréauté est repris par ses rêves: il est seul. Quel lien entre toutes ces paroles?… Quand il considère sa vie, il est épouvanté de la trouver informe.Il pense que le temps va s'étirer encore. Personne ne vient, c'est un lieu d'adieux, il faut tout mettre au passé… L'exaltation que provoque en lui la profondeur orgueilleuse de sa solitude est contaminée par la certitude de l'ennui qu'il éprouve à vivre. Il considère la pensée comme la zone neutre de l'âme, pense toujours plusieurs choses à la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
20 octobre 2005

16 heures : de Drigas vers la Bégude blanche

Monde ocre-vert : "La beauté est la forme que l'amour donne aux choses." Il veut se tenir debout.   Le versant tout entier de la colline chante doucement au soleil, l'air est empli d'odeurs de terre ; sur les champs, la lumière prend librement sa vraie forme, dans la plus grande liberté du monde, elle fait voir ce qu'elle est… Mais c'est un lieu d'adieux, il ne vient personne, il faut tout mettre au passé… Dans sa tête, les mots s'amoncellent en tas de pierres irrégulières et brutes. Il sent dans l'air la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,