La forêt est là comme une menace. Les seigneurs recherchent les forêts pour leurs chasses. De ci de là, quelques rochers tachetés d'un lichen doré. Le vent joue dans les feuilles des arbres — le bois des forêts nous est important pour nos maisons et comme combustible ; la campagne est tout, villes et villages sont des points noyés dans un espace vide... Les loups vivent en bandes dans la forêt. Je n'ai jamais traversé les forêts sans épouvante ; il y a peu de sentiers dans les forêts. Les énormes forêts sont des lieux de souci où pullulent des troupes sauvages — les bois structurent l'espace — dans l'immense silence de la forêt les hommes sont des intrus ; les forêts qui m'entourent se ferment au soleil ; le vent joue dans les feuilles des arbres ; la forêt nous donne du miel et des essaims d'abeilles. Des voyageurs affirment avoir vu des monstres sortir de la forêt. Dans certaines forêts vivent aussi des taureaux sauvages... Des bandes de bandits se cachent au fond des forêts ; tout baigne dans une lumière crépusculaire. Des voyageuses affirment avoir vu des monstres sortir de la forêt. De temps en temps des bandes de Maures traversent la forêt et attaquent nos villages. Certains païens célébrent dans la forêt les rites de leurs anciens dieux. La forêt est le domaine du mal, de la panique et de la force brutale ; nous pensons qu'au fond de la forêt vivent des monstres ; chaque forêt a ses propres lois — la forêt est pleine de bêtes sauvages. Les forêts appartiennent au souverain ; un parfum de pin et de bruyère plane dans l'atmosphère. Nos forêts sont pleines d'animaux redoutables : loups, ours, sangliers ; une forêt quelconque, une forêt, une forêt sombre, épaisse, menaçante — nuit et jour, de temps en temps, se confondent. On entend des gémissements horribles. Des voyageurs affirment avoir vu des monstres sortir de la forêt. La forêt qui entoure les villages est à la fois une menace et un refuge... Tout est obscur ; le vent joue dans les feuilles des arbres. Des lieux d'interdits ; en bordure des forêts quelques paysans défrichent de petites parcelles... La forêt qui entoure les villages est à la fois une menace et un refuge — en bordure des forêts quelques paysans défrichent de petites parcelles. Les habitants du village disent que dans la forêt vit un sorcier redoutable. Les forêts font peur... Les habitants des villages ne fréquentent que les bordures de la forêt — les forêts font peur — je n'ai jamais traversé les forêts sans épouvante. Tout est sombre. La ligne sombre de la forêt limite la profondeur des champs — les bois structurent l'espace ; en bordure des forêts quelques paysans défrichent de petites parcelles ; les forêts appartiennent au souverain... Nous sommes cernés de nature sauvage : forêts, landes, marécages. Seul l'ermite Gerlon veut ne vivre que dans la forêt. La ligne sombre et sinueuse de la forêt limite la profondeur des champs. Chaque forêt a ses propres lois — la forêt est interdite aux enfants... Les ermites, les ascètes s'installent souvent au fond des forêts les plus sombres... Certains païens célébrent dans la forêt les rites de leurs anciens dieux. La forêt est une fiction. De ci de là, quelques rocs tachetés d'un lichen doré. Les forêts appartiennent à l'empereur.