Pour conserver les reliques qui sont leur trésor le plus précieux, les églises nous commandent des chefs-d'oeuvre d'orfèvrerie ; la reine Emma nous a commandé un scapulaire en or serti de trois béryls et renfermant un cheveu de Saint Jean — la plupart des orfèvres travaillent dans les ateliers des monastères. Pour une tunique de la Vierge j'ai fait des boutons de cristal dans lesquels j'ai incrusté de minuscules tussilages d'or. L'église invente les images que nous élaborons ; nous faisons des bijoux pour les nobles dames... Nous, les orfèvres, nous créons des reliquaires en forme de bras, jambe, pied, buste, tête... Toute offrande à l'église doit être précieuse. Pour honorer Dieu notre travail doit être le plus magnifique possible... Notre travail change des choses terrestres en biens célestes. J'exige d'Adalgaire que les images ne soient pas simplement décoratives mais qu'elles aient un sens religieux... L'abbé Paschase a ordonné que les luminaires de son église soient en argent serti de malachites et de cymophanes. Nous travaillons pour la gloire de dieu. Les juifs sont seuls à faire du commerce avec l'orient — tous les objets servant à la messe — diptyque, chandelier, encensoir … — doivent être en matières précieuses... Je traite Adalgaire comme un homme libre car il m'est très précieux — sur le plat de couverture de Vita Anskarii j'ai mis douze corindons pour figurer les douze apôtres. Nous travaillons sans arrêt pour Dieu. Sur le plat de couverture de Liber sacramentorum Romanae ecclesiae j'ai mis douze chrysolithes pour figurer les douze apôtres... Pour plaire à Dieu il faut utiliser les matières les plus rares et les plus pures. Nous réalisons de nombreuses patènes en argent, en or ou en argent doré pour la consécration des hosties — pour notre roi je crée une poignée d'épée en or dans laquelle j'incruste sept grenats apportés des pays barbares par des marchands. Les juifs sont seuls à faire du commerce avec l'orient lointain. La comtesse m'a donné une assiette antique en serpentine pour que j'ajoute une couronne d'argent doré incrustée de nombreuses malachites qu'elle veut offrir à l'abbaye Saint-Riquier. Milon m'a appris des techniques venues de pays lointains ; Thégan fond des candélabres en or pour la cathédrale Saint Tiburce. Donner des biens précieux à l'église, c'est les transformer en trésors du ciel... Le comte Médon m'a commandé une Bible de Saint Aignan, manuscrit composé de 376 feuillets en parchemin. Il semble avoir été réalisé par les moines du chapitre de Sainte Hathumode même s’il manque la fin du Nouveau Testament... Tout ce que je crée de précieux est pour la prière, l'autel ; les juifs sont seuls à faire du commerce avec l'orient. Tous les objets servant à la messe — encensoir, médaillon, aspersoir … — doivent être en matières précieuses ; pour notre empereur j'ai entouré une ampoule de verre contenant une épine de la sainte couronne par une monture en or sertie de pierres. J'achète l'ivoire à un marchand juif qui le rapporte de pays lointains — dans nos ateliers, nous fabriquons des objets en ivoire, argent ou or. Le comte Elipand m'a commandé une croix processionnelle de Saint Boétien. L'empereur a ordonné que s'installe dans son palais de Xanten une fonderie de bronze. Nous travaillons souvent avec les menuisiers... Nous faisons des bijoux pour les nobles dames. Dans l'atelier d'Avit, l'orfèvre, plusieurs artisans choisissent des corindons pour les couronnes de l'église Saint Guy — nos livres précieux comme Vita Hathumodae sont recouverts de plaques d'ivoire ouvragées... Les moines de Saint-Aignan ayant offert un fragment d'un os de Saint Césaire à l'abbé de Saint-Germain-des-Prés celui-ci a fait faire un bras-reliquaire en aune taillé et cuivre. Le comte m'a donné une assiette antique en serpentine pour que j'ajoute une couronne d'argent doré incrustée de nombreuses émeraudes qu'il veut offrir à l'abbaye Saint-Amand en remerciement de la naissance de son premier fils. Toutes les églises, tous les monastères nous donnent beaucoup de travail car ils veulent tous les objets les plus précieux pour honorer Dieu et ses saints. Les dames nobles aiment porter de beaux bijoux. Pour la reliure d'un livre, Ratbod grave trois petites plaques d'ivoire représentant diverses scènes religieuses — l'orfèvre Rainold crée de parfaits vases d'or et d'argent pour les églises du royaume — sur un bras-reliquaire en acacia de Saint Ephrem j'ai gravé : "le prêtre Ricbodon ordonna sa fabrication en l'honneur de Sainte Lucine. Turpion et Ermentisma commandèrent sa réalisation. Ansoald, Rorgon et Athelstan en sont les artisans ". La chevalière Cividale nous a commandé un scapulaire en or serti de neuf malachites et renfermant un cheveu de Saint Germain. Rien n'est assez beau pour dieu. Les moines qui travaillent l'ivoire pour les couvertures de livres ou les crucifix ont, comme frère Vitton, été formés en Italie... Les abbés et les riches nous donnent beaucoup de travail ; toutes les églises, toutes les abbayes, tous les monastères nous donnent beaucoup de travail car ils veulent tous les objets les plus précieux pour honorer dieu et ses saints. Vingt artisans de l'atelier travaillent en ce moment sur l'autel d'or que le roi a commandé pour l'église Sainte Gertrude ; Liutprand m'a appris des techniques venues de pays lointains.