23 homoérotisme

odeur du pieu mordiller les cuisses geindre pénis dur dévorer caresser la pente soyeuse des reins vider tout son être en moi rappel des sexes aimer la sensation que procure cette machine chaude dévorer mordre le ventre un homme au corps lourd dire "c'est bon !" être délirante amour léchant d'un feu consumant sentir le goût de la chair de r. pine posée sur sa joue fermer les yeux pour mieux le sentir et écouter cette verge qui glisse en moi puis se retire jambes tremblantes

24 homoérotisme

passer à l'acte être pleine de l'homme il est ce que il est rêver de sexe d'homme tout le corps se cambre rechercher les caresses d'un homme qui me ferait hurler sentir des muscles qui m’étreignent s'exciter comme une bête s'abandonner au désir et à la volupté langue toute entière dans la bouche lécher la passion est illusoire entendre sa voix gémir de plaisir donner le bonheur du corps l'homme offre sa nuque au baiser aspect digestif de toute dépendance sexuelle fermer les yeux pour mieux le sentir chatte ouverte appelant la bite comme un aimant sentir dans le ventre une envie indomptable et une excitation forte

25 homophilosophie

un chanteur n'arrête rien chaque jour est capital l'infamie fait beaucoup plus d'heureux que la vertu en même temps car la vertu n'est qu'une manière de se conduire dans le monde dans le fond un seul baiser a plus d'emprise sur moi que toutes les armes dont on peut user pour me contraindre la déception est un acte sans importance tout est possible l'histoire est un cauchemar dont il faut s'éveiller la ville se regarde dans les miroirs de ses façades une volonté est un effroi or il ne m'est jamais pourtant arrivé rien que de très ordinaire l'homme donne vie aux pierres des morts visions dans la pénombre du cachot conditions de jugement du goût toute morale est une convention en avant

26 homosouvenir

le réel poursuit sa fin propre ici on sert une bière tiède pourquoi ne pas rester les cycles des journées se succèdent tout est exécuté distance tu cherches la vérité des apparences le corps de gloria - comme le visage - est peint en noir tu appelles l'esprit les montagnes regardent cette ville implose en poussière d'hommes les moteurs battent le passé est h. se tait tes regards se perdent dans la profondeur incalculable des perspectives a.a. cherche son étrangleur tu remarques l'ombre bleue des nuages file au loin

27 homoérotisme

anonymat du sexe respirer profondément l'odeur chaude du sexe d'un amant travail de la vie résister dire "c'est bon !" être dans la profondeur du sommeil être mouillée à en perdre la tête dans le sexe toujours comme la première fois aimer surface entière de la peau comme pile électrique lécher tout le corps se cambre provoquer soi-même ses propres soifs mordiller des seins un homme au corps lourd conin comme un buisson peau moite chaude excitée sentir son vit gonflé frotter sur ma peau abandon et fureur