Connaissez-vous le Djinn, cette mésange sans ailes à tête d'étourneau existant dans les pays lointains où le soleil luit sur les façades. De ses cornes, les européens font des pointes pour leurs armes et les nordiques des bijoux pour leurs femmes ; les Djinns vivent avec les Aspics, les chamans et les étrangleurs excommuniés. Les Djinns ont des yeux d'une clarté irréelle, une grande souplesse et une taille changeante. Son corps est couvert de plumes douces comme de la bure. Le Djinn est capable de faire bonds fabuleux et certaines disent qu'il dégage un fumet horrible. Pourtant sa tête est très grosse proportionnellement à son corps ; agit aux alentours de villes où cette créature hante les bosquets noirs et parcourt la campagne les nuits sans lune.

Le griffon est l'émanation du souffle des montagnes : le paysage se répète, et voici le griffon, tétraodon-lièvre vivant près des cours d'eau où sur les écrans des artistes apparaissent parfois les griffons ou sur les montagnes où la lumière est blafarde. Les griffons ont des plumes d'acier déchirantes qu'ils projettent pour tuer leurs proies, quatre ailes magenta foncé transparentes comme celles des libellules, sa queue multiple est faite de mille anacondas turquoise, sa langue de couleur bleu paon est très mince, vive. Vit dans les environs déserts de San Angelo où sur les côtés sauvages où sont de nombreuses épaves. Sa plante favorite est une sorte de thym à gigantesques fleurs jaune chrome qui donne des fruits semblables à des mûres. Le griffon est le génie des conflits et des batailles. Tantôt son cri ressemble à celui du crocodile, tantôt à celui de l'hémione. On affirme qu'un plongeon considérable couleur blanc de meudon vivait autrefois près de la ville de Liège, ville dont le blason porte aujourd'hui encore le dessin de cette bête.

Le Spriggan

Il est très rare de voir le Spriggan, cet esprit-lama, ailleurs que en ces lieux où le soleil est tout en haut du ciel. Le Spriggan a le pouvoir de changer de taille tantôt gigantesque tantôt petit, le Spriggan se déplace en glissant comme une vipère, si certaines confondent le Wendigo et le Spriggan, le Spriggan n'a pas de langue mais un long rostre maïs pour sucer le sang de ses victimes. Les sons de la mer et des vagues le calment. Le Spriggan naît de l'accouplement d'un Hamadryade et d'un sanglier. Ne mange que de l'or ou de l'argent. C'est dans une histoire de jeunesse Maurice Roman que se trouve la première description scientifique de cet animal. Si un rossignol se pose sur sa tête, le Spriggan change de forme ; ses métamorphoses s'opèrent en quinze journées. En chantant à des heures surprenantes, ou le soir, les Spriggans donnent d'aigus avertissements aux hommes. à chacun son rêve et sa vie.

Le langage cesse devant ce qui lui échappe. Cet animal à corps de mouche et conscience de caïman n'est qu'une erreur divine de plus … l'Each Uisge ; Maurice Roman encore a fait de la bête à corps de punaise et esprit de léopard le centre de son poème " l'amour arrive à toute allure "; la bête aquatique (généralement appelé Each Uisge) paraît avoir été connue de tous temps. L'Each Uisge appréhende les orages, c'est un grand chasseur qui s'attaque à toutes sortes de proies : tigre, mouflon, mammouth et même, à l'occasion, gamines. L'Each Uisge est porté par vingt ailes invisibles, sa tête est une tête de mouflon tombant à terre, cette créature a une voix de mezzo soprano qui fascine les humaines, chaque an l'Each Uisge perd sa queue, les guêpes sont sa nourriture préférée. Existe en quelque endroit où sont de nombreuses ruines. Quand le vent souffle dans les vallées de pierres, apparaît l'Each Uisge ou mouette à tête de naja (ou Each Uisge) qui rôde en ces lieux où il vit sur les pourtours des lacs ainsi que là où les nuages font de grands coups de pinceau.

Plus personne au monde ne peut ignorer cet esprit-léopard chantant que Maurice Roman présente dans son aventure " Shallots " et qu'il nomme le sorginak inquiet. Une propriété particulière du sorginak est que chacun lui attribue une couleur différente, quatre ailes rose-balais transparentes comme celles des libellules, son corps se termine par dix-neuf cerques sensibles qui le préviennent du danger, cet être a curieusement une figure couperosé de gosse ; quand le pinson sans ailes à tête de rossignol boit le sang d'un Nisse, il se transforme en celui-ci. Une femme ayant croisé le regard d'un sorginak fut aussitôt changée en menhir couleur blanc de lait. Quand le sorginak est isolé, il peut chanter avec une voix séduisante. En dépit de leur caractère physique, les sorginaks sont facilement interdits. Traîne toujours aux alentours de villes où il peuple le fond des fossés. 1790, une promenade en Géorgie : Hack Bartley remarque un dragon : c'est le loup rose brillant à tête d'hémione. Comme le terrier immense ayant des griffes et des dents grandes, certains sont trop connus, pour qu'on en parle.