Tout péché peut être pardonné par la confession mais ce pardon n'efface pas la peine du purgatoire. La mort rôde depuis toujours autour de nous, dit l'évêque Halitgaire, notre peuple aime la vierge... La mort rôde sans arrêt autour de nous... La mort rôde perpétuellement autour de nous. La fumée des cierges plait à dieu. Quand l'abbé Bivin, voit dans un rêve, Saint Grégoire quitter son église, il monte à cheval pour le retrouver car les visions envoyées par Dieu sont vraies ; les saints, par leur humanité, sont plus proches du peuple qu'un Dieu abstrait ; l'église a besoin d'être une et ne peut accepter des pensées disparates... Rien n'est impossible à un saint parce qu'il porte une parcelle du pouvoir de dieu. Dieu est incompréhensible — par leur proximité avec dieu les prêtres exercent un grand pouvoir sur le peuple ; un fragment d'un cheveu de Sainte Renilde enferme toute sa puissance spirituelle. L'église essaie de lutter contre les faux saints. La religion occupe tout notre espace de réel. Quand l'abbé Waltgauld, voit dans un rêve, Saint Sulpice quitter son église, il monte à cheval pour le retrouver car les visions envoyées par dieu sont vraies. Les âmes des saints laissent à leurs membres les mérites de leur esprit. Si nous prions les saints c'est parce qu'ils sont plus proches de dieu, dit l'évêque Elipand, la prière réunit, rassemble la population dans des moments de communication collectifs et réguliers ; parce que la sécheresse était gigantesque, Haderich demanda à l'abbaye de Sainte-Croix sa relique de Saint Cyprien. Dieu est incompréhensible... Le pouvoir des prêtres provient de leur connaissance des rituels du culte ; détourner les gestes ou les objets du culte pour prier de faux dieux est un péché intolérable... Les gestes du culte ont tous une signification symbolique — pour chaque faute nous devons faire pénitence. Il y a un lien étroit entre le corps du saint et son âme ; tous les moments de nos existences sont tournés vers Dieu... La foi seule importe, contentons-nous d'implorer dieu à travers les psaumes : " mon âme soupire et languit après les parvis de l'Éternel". Respecter les ordres du culte est un devoir de tout habitant du royaume ; " offrez des sacrifices conformes à la Loi et confiez-vous en l'Éternel" ; tous les moments de nos réalités sont tournés vers Dieu... Le peuple est très dépendant de l'église et du culte catholique. Les reliques protègent toute la communauté qui les possède et les vénère. Comme le pouvoir divin, celui des reliques est éternel, dit l'évêque Chilpéric, les rituels du culte ont pour rôle de nous obliger à penser à Dieu continuement. Chilpéric sait qu'il n'est pas facile d'obliger le peuple à abandonner ses idoles — par les pratiques du culte nous rendons hommage à dieu, à Christ, à la Vierge, aux saints — l'abbaye de Saint-Laurent possède des centaines de reliques... Tout ce qui dénature le culte divin doit être condamné — bien que nous récitons les prières en latin, nous ne comprenons pas bien ce qu'elles signifient ; les reliques peuvent guérir parce qu'elles transmettent la puissance divine. Dieu a tout créé avec mesure. Le culte des saints permet aux paysans de ne pas oublier certains de leurs anciens dieux. Les gestes du culte ont tous une signification symbolique ; le jour de la fête de Sainte Geneviève, il nous est interdit de travailler. Les gestes du culte ont tous une signification symbolique. Grâce aux reliques la présence du saint est réelle... Les régularités du culte donnent à la population inquiéte une colonne vertébrale.