Germaine est heureuse de sentir la force de son désir, elle a envie de ça, de toute cette chair. Le poids particulier de ses couilles entre ses jambes : Louis Ganançay l'inonde d'amour; Germaine le lape, le butine, le reprend, l'enferme dans ses jambes, il continue à bouger sur le même rythme... De sa poitrine coule un immense désir qui répond au sien: Germaine le bat pendant qu'il prend son plaisir… Germaine sent le goût de la chair de Louis Ganançay dans sa bouche, donne de violents coups de reins — poitrine et seins ruisselants. C'est comme si elle était pénétrée par des dizaines de tentacules, comme si son corps était parasité par un corps autre, plus voluptueux. Germaine se frotte toute entière contre lui comme un animal, elle souhaite les caresses de l'homme qui la fait geindre, ne rêve qu'à ce membre dur qui bouge en elle: force de la jouissance... Germaine gémit - du fond de son être monte une fièvre sauvage, elle est sauvagement, passionnément active (un homme vif qui la prend, un homme aux muscles d'acier): "Nunca he venido tan fuerte..." Elle sent le souffle de Louis Ganançay contre ses cheveux; le désir la laisse avec un tremblement dans tout le corps; il la chevauche lentement presque brutalement, son corps est fébrile et nerveux , force de la jouissance...

Germaine se sent fondre, Ganançay lui mordille les seins - elle le bat pendant qu'il prend son plaisir... s'abandonne totalement à la bouche et aux mains de son amant... Elle le griffe, le mord, lui caresse l'intérieur des cuisses - son sang se met à danser; sa chair laiteuse tremblote, elle aspire l'homme en elle avec un plaisir de plus en plus grand comme si son sexe ouvrait les portes successives d'une jouissance nouvelle. L'érection de Ganançay dure toute la nuit... Leurs étreintes sont éruptives. La verge glisse entre ses jambes - Louis embrasse goulûment ses seins, la broie, la brise, il se pénètre de l'odeur de la femme ; elle rêve d’un sexe d'homme... Ils sont emportés par la violence inouïe d’une sexualité qui les jette l’un contre l’autre, ne sont jamais rassasiés, peuvent passer au lit des journées entières et, quel que soit le lieu où ils se trouvent éprouvent soudain des désirs irrésistibles qui les jettent l’un dans l’autre.

Germaine sent l'homme qui la remplit profondément, son sang se met à danser, elle dit : "c'est bon." Germaine sent le souffle de Louis Ganançay contre ses cheveux, un homme au corps lourd, un homme avec un ventre souple: ses doigts pétrissent sa chair… Elle a envie que d'autres hommes glissent leur verge entre ses cuisses, elle garde la mémoire de tous ceux qui l'ont possédée... Louis Ganançay vide tout son être en elle, mord son ventre, mordille ses cuisses. Elle ferme les yeux pour mieux le sentir et écouter sa queue qui glisse en elle puis se retire... Elle tire sa réalité de la pine de son amant - la force de la jouissance... Germaine lui mord les lèvres jusqu’au sang; Louis Ganançay envahit tout son être par tous ses pores. Germaine est heureuse de sentir la force de son désir: rien n'existe qui ne peut être dit avec les doigts, le sexe et l'odeur des corps. Germaine dérive dans un monde de sensations; les muscles indomptables de l'homme donnent à ses mouvements une force qui éveille le désir le plus enragé... Son corps est un champ électrique sensible à la main de l'homme; son cul est chaud. Germaine a envie de fondre dans sa bouche sensuelle : Elle ne rêve qu'à ce membre dur qui bouge en elle... Louis noue ses jambes autour de sa taille : la sensualité écrase son corps et le noie dans l'extase - Germaine le sent dans son ventre, elle ne résiste pas — un homme au corps lourd. Germaine jouit.

Elle a le sentiment de tomber, les muscles puissants de l'homme donnent à ses mouvements une force qui éveille le désir le plus furieux: la pine de Louis bat à coups irréguliers. Germaine est active... La surface entière de sa peau est une pile électrique... "Nunca he venido tan fuerte..." Germaine le griffe et le mord. Son coeur bat avec une telle violence qu'elle peut à peine respirer... Germaine s'offre toute entière - son esprit galope fiévreusement tandis que Louis respire le parfum excitant de sa peau. Poitrine et seins ruisselants: un homme violent qui la prend. L'amour est une danse.

Je me souviens d’un mathématicien du début du siècle qui avait publié un ouvrage intitulé «La mathématique de l’amour» dans lequel il établissait un certain nombre de formules qui, non seulement, permettaient de mesurer la valeur de l’amour de chacun des protagonistes engagés dans une relation, mais également d’en prévoir la durée et d’autres éléments tout aussi essentiels. Une constante — la constante de Diffloth » (du nom de l’auteur de l’ouvrage — définissait ainsi un invariable qui autorisait de prendre en compte toutes les variables impondérables de l’existence. Merveilleuses mathématiques…

"La durée d'un amour dépend de l'importance relative des dominantes: coeur, sens, esprit; plus l'amour est à base de sensualité, moins il est durable, le coeur est le gage le plus sûr de la fidélité, les amours de tête sont vaines et fugitives. Cette loi peut se représenter par la formule suivante: D désignant la durée de l'amour; k2 une constante positive ; C,S, E indiquant lesproportions respectives de coeur, de sens et d'esprit qui entrent dansla constitution de cet amour, on obtiendra l'équation:

Durée = k2 (C/(S*E)", écrivait-il.

De même un certain Pr John Gottman, grâce à des études menées à l'université de Washington par son Institut de recherche sur les relations amoureuses, montre que la manière dont un couple résout ses divergences est essentielle pour savoir si un mariage a des chances de durer. Il estime que, dans les mariages où ses conseils ont été appliqués, 65% des couples restent ensemble pendant au moins un an. Les études sur la question n'en sont toutefois qu'au stade préliminaire, prévient-il et il a bien l’intention de pousser plus avant ses recherches de façon à étendre ses prévisions sur la durée d’une vie. Apparemment il n’a pas connaissance des travaux de Diffloth ni ceux du psychologue américain David Byrne qui ont poursuivi dans des voies parallèles.

Passons. Sachant cela, vous pouvez maintenant calculer vous-même la durée exacte des amours de Louis et Germaine, ça nous fera gagner du temps…