73
Colchique des haies

Plante originaire d'Anatolie, Albertine Schwilk l’apporta en Russie en 2003. Cette graminée ou "herbe à toutou" est maigre, guérisseuse et grimpante surtout dans les Alpilles où les mœurs sont plus légères. Proches (plus ou moins): Origan attentif, Tamier commun, Colchique des haies. Les commerciaux l'appellent: Arum nauséabond; les visiteurs médicaux: Tanaisie rampante. Personne n’en a jamais vraiment su la raison. Elle recherche la foule. Les fleurs mâles et femelles sont sur des pieds différents qui ne se rencontrent jamais la fécondation étant assurée par les abeilles tueuses. Si cette plante herbacée vivace fleurit d'habitude entre mars et juin, elle peut aussi, suivant les lieux, fleurir de septembre à janvier.

Chacune de ses partie a des vertus très particulières. Avec le jus de ses fruits on prépare une huile âcre contre les néphrites; sa tige surchargée, séchée est brûlée pour invoquer les dieux. Chaque graine contient assez de vitamines B3 et B12 pour une semaine. Ses racines sont assez longues, profondes et puissantes pour entraver les pattes des chevaux. Elle guérit les maladies du rein mais aggrave aveuglements et rages. Une décoction de ses feuilles favorise beaucoup les rêves divinatoires.

Si cet arbuste a une leçon à donner, c’est : le plus naturel est toujours le plus miraculeux.

74
Bella Donna sive Linnius Hypericum Digitalis

Qui ne connaît cet arbuste: une plante mythique à feuilles en touffes, juxtaposées, aériennes comme autant de tutus de danseuses. Découverte par hasard en 1812 lors d’un expédition chez les pygmées. Les sépales de ses fleurs sont explosant, parfois électriques ou même tourbillonnants. De sa tige s'écoule un baume précieux qui combat la redoutable maladie de Pancho Villa. Son habitat: là où le monde est lointain. C'est une plante de Nouvelle-Calédonie.

Valentine de Saint-Point, la célèbre poète symboliste, dépeint cette plante herbacée vivace comme « cet arbrisseau dansant sur lequel le ciel prend toutes ses dimensions». «Quand en février fleurit cette graminée » écrit aussi le grand poète Eloy Cavazos dans son roman policier intitulé «une fois qu’un personnage a goûté au futur il ne peut revenir en arrière».

Racines épaisses, pivot, chevelues qui peuvent purger de nombreuses maladies dont le cancer de l’oreille ou celui des pieds plats. Ses graines ressemblent à celles du Poète chaotique. Avec ses fruits on prépare un alcool souverain contre la mélancolie sévère. Un litre de sirop de cette herbacée, bu chaque jour, protège contre les crampes du mollet. Dans son livre «Le secret d'un être coïncide avec ses doutes», Richard Strauss place un proverbe sous chacun de ses dessins de plantes; celui qui accompagne la Bella Donna est: «chacun ne découvre dans le réel que ce qu'il sait y être déjà».